vendredi, juin 14, 2024
AccueilsociétéSondes Ben Moussa nous ouvre les portes de RAYHANA

Sondes Ben Moussa nous ouvre les portes de RAYHANA

L’histoire de Rayhana est incarnée par Sondes Ben Moussa. Encouragée par sa mère, co-fondatrice de la marque et animée par la passion du beau grâce à son père, la créatrice a réussi en l’espace de quelques années à conduire Rayhana vers la reconnaissance nationale et internationale. Baignée dans l’univers des antiquités depuis l’enfance, la jeune femme a pu développer un goût certain pour les belles pièces, en puisant son inspiration dans ses souvenirs auprès de sa famille qui lui a transmis la passion et l’exigence du beau et de l’ancien. Un lien entre modernité et traditions qu’elle n’a jamais cessé d’exprimer depuis la création de la marque en 2007. Rencontre avec cette créatrice pleine d’ambitions. 

Femmes de Tunisie : Comment a commencé pour vous l’aventure Rayhana ?

Sondes Ben Moussa : L’aventure a commencé, comme par envoûtement, au croisement de villes aussi somptueuses que dignes, porteuses de bouts d’histoire d’une Tunisie à la fois ancrée dans ses traditions et ouverte sur de belles perspectives de modernité. Issue d’une mère originaire d’El Jem et d’un père Tunisois, j’ai baigné depuis ma tendre jeunesse, dans un univers prolifique qui a su m’exhorter à donner foi à mon imagination et à mon élan artistique. Fruit de recherches immuables et de travail fastidieux, mes créations incarnent aujourd’hui un monde de splendeur et de faste. « L’univers Rayhana est incarné par l’infini…C’est une invitation au voyage, au gré des souvenirs voilés »

FDT : Les traditions et le patrimoine sont très présents dans vos créations. Est-ce qui caractérise le plus votre marque ? 

SBM : Les bijoux Rayhana se caractérisent par leur design unique et avant-gardiste.

Chez Rayhana, nous sommes à l’écoute des besoins de la femme moderne, nous innovons de par nos nouvelles techniques telles que « l’enfilage Rayhana ». Nous accordons également de la valeur aux traditions, ce par quoi nous sommes liés, notre identité. C’est là la raison pour laquelle nous préservons des techniques anciennes, véritables piliers de notre savoir-faire. 

FDT : On voit bien d’ailleurs que vos créations ont quelque chose de spécial…

SBM : Oui, l’une de nos spécialités est le travail des pièces uniques. Chaque bijou est composé de pierres semi-précieuses comme le corail, la perle sauvage, le cristal de roche ou encore l’agate. Chacune de nos pièces est fabriquée à la main de manière unique pour donner un éclat singulier digne des femmes singulières.

FDT : Comment choisissez-vous vos matériaux ?

SBM : Pour mes créations, je m’assure que chaque bijou respecte la pierre et non le contraire. C’est là le véritable atout des bijoux Rayhana, ce par quoi chaque bijou se distingue, un bijou unique pour celles qui savent en profiter.

FDT : Comment faites-vous pour choisir les thèmes de vos collections ?

SBM : Pour toutes mes collections, je me suis inspirée de mon vécu. Par exemple, la collection « Hob » a commencé à bourgeonner dans ma tête en pleine pandémie de Covid-19. L’élan de solidarité qu’il y a eu pendant le confinement m’avait beaucoup touchée et m’avait fait prendre conscience que l’amour est universel. Pour la collection « Jardin d’Eden », c’étaient plutôt le décès de ma mère et le paradis qui m’avaient inspirée. Je voyage également beaucoup et j’assiste aux foires et salon internationaux…

FDT : Quelles sont les difficultés du métier ?

SBM : Pour commencer, je dirais l’importation des matières premières qui devient de plus en plus difficile à cause des procédures douanières très complexes sans parler de a complexité de la procédure d’export… Mais aussi, le marché est très étroit ce qui fait qu’il y ait de plus en plus de plagiat. Les nouveaux créateurs ont malheureusement tendance à voler les modèles et à les vendre sur les réseaux sociaux à moindre coût vu qu’ils ne paient ni charges, ni impôts…

FDT : Depuis peu, vous avez ouvert une maison d’hôtes. Était-ce un besoin de laisser libre cours à votre créativité débordante ?

SBM : En plus de la marque Rayhana, je voulais mettre en avant un mode et un style de vie. Je voulais que ce soit une ode au bon goût. À travers cette maison d’hôtes, je reviens à mes racines qui sont les antiquités et la déco, l’art aussi. C’est un peu un mélange de tout ça dans un seul endroit. 

FDT : Quels sont vos projets en Tunisie et à l’étranger ?

SBM : J’ai plusieurs propositions pour des implantations à l’étranger -dans les pays du Golfe et en Europe. J’espère que ça se concrétisera. 

FDT : Si vous aviez une dernière chose à dire à nos lecteurs, que serait-ce ?

SBM : Je voudrais rendre hommage à ma mère. 

Ma Mère Rafika, ma complice de toujours…

À cette femme exceptionnelle qui m’inspire depuis toujours et à qui je dois tout.

À cette femme unique, créative et rigoureuse qui m’a encouragée à changer le monde.

À ma meilleure amie qui m’a donné les plus précieux conseils et pardonné mes erreurs.

À cette mère courageuse et forte qui m’a protégée de toutes ses forces et qui m’a aimée de tout son cœur.

À cette mère bienveillante et généreuse qui avait toujours un mot pour réconforter tous ceux qui en avaient besoin.

À cette mère tolérante et compatissante qui m’a élevée dans l’amour de son prochain et le respect de tout le monde.

À cette mère exigeante et ambitieuse, qui a guidé mes pas et qui est à l’origine de toutes mes réussites.

À ma Maman qui m’a tout donné, sans qui RAYHANA n’aurait pas vu le jour.

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments