dimanche, mai 19, 2024
AccueilsociétéFemme du mois : Nadine Becha, CEO de Bee Studio Communication

Femme du mois : Nadine Becha, CEO de Bee Studio Communication

« Les apparences sont souvent trompeuses », cet adage pourrait très bien s’appliquer à Nadine Becha, cette Tunisienne qui tient d’une main de fer son agence de com « Bee Studio Communication » malgré son jeune âge. En effet, à tout juste 29 ans et grâce à son expertise en marketing, la jeune femme a réussi en l’espace de quelques années à s’imposer sur le marché de la com en Tunisie, déjà dominé par de grandes boîtes. Trop peu pour elle, car rien ne semble ébranler sa détermination à toute épreuve, sa ténacité et sa volonté puisque de gros clients font déjà appel à ses services. La jeune femme a même réussi à séduire les clients français, un nouveau marché qui sonne comme un nouveau challenge pour elle. Alors, comment s’est-elle retrouvée à diriger sa boîte ? Comment a-t-elle réussi à s’exporter à l’étranger ? Comment s’est-elle imposée sur un marché déjà saturé et quel avenir pour la com en Tunisie ? sont autant de questions auxquelles Nadine a répondu en toute honnêteté. 

Femmes de Tunisie : Qui est Nadine Becha ?

Nadine Becha : Je suis une jeune entrepreneure de 29 ans. Après 2 ans de prépa à l’IHEC, je me suis spécialisée en marketing et j’ai décroché ma licence haut la main. Ensuite, j’ai fait un master de recherche en marketing qui m’a aidée à avoir une formation plus approfondie. C’est d’ailleurs grâce à ça que je suis capable aujourd’hui de fournir des études de marché contrairement aux autres agences de com. Je me prédestinais à un parcours classique qui me mènerait au doctorat puis à l’enseignement mais j’ai préféré effectuer des stages dans des agences et je ne le regrette absolument pas. Cette expérience m’a poussée à ouvrir ma propre agence avec un partenaire et on a commencé à travailler sur des projets qu’on avait reçus à l’IHEC grâce à l’appui de nos professeurs. Et c’est de cette manière que la machine a été lancée. On a commencé avec un seul client. Au bout d’un mois, on en avait dix !

FDT : Donc du coup, vous avez arrêté votre thèse pour vous consacrer à votre projet.

NB : Oui ! D’ailleurs, quand on me demande comment m’est venue l’idée de lancer mon agence, je réponds que c’est mon parcours qui m’a poussée à prendre cette voie. À un moment donné, la question de poursuivre ma thèse s’est posée, et je me suis rendue compte que j’étais plus à l’aise dans mon agence. C’était comme une évidence pour moi. Au début, j’ai commencé à faire du ‘content creation’ basique comme tout le monde, ensuite on s’est développé petit à petit. En parallèle, j’ai suivi des formations en digital, en management, en gestion d’équipe…pour renforcer mes compétences. Pour ne pas regretter mon choix, j’ai quand même voulu expérimenter l’enseignement et j’ai eu l’opportunité d’enseigner le marketing de base dans une fac privée pendant un an. J’ai compris à ce moment-là que j’avais fait le bon choix. 

FDT : Comment est née votre passion pour le marketing ?

NB : Depuis mon plus jeune âge ! Quand j’étais au collège, j’avais une amie plus âgée qui était à l’IHEC et ses études me fascinaient. Puis au lycée, j’ai lancé une marque de bijoux et de couffins car j’avais un sens commercial développé. J’ai même réussi à vendre 100 couffins en France ! Cette passion s’est ensuite forgée durant mes études à la fac où j’ai excellé. Et puis, le monde du marketing est en constante évolution et j’adore ça ! 

FDT : Pourquoi avoir choisi le nom de Bee Studio Communication pour votre agence ?

NB : Quand j’ai commencé avec mon ancien partenaire, l’agence portait un autre nom. Puis, j’ai voulu le modifier pour que ça puisse me ressembler. Avec une amie, nous avons commencé à faire des recherches et on est tombées sur la ruche. Nous avons découvert qu’une abeille avait 7 métiers tout comme une agence de communication. Et puis l’abeille est travailleuse, bosseuse, ambitieuse, rigoureuses…exactement comme je me vois. C’est de cette manière que nous avons choisi le nom de « Bee Studio Communication ».

FDT : Comment s’est développée l’agence ? 

NB : Au début, quand on a commencé il y a 7 ans, c’était principalement une agence de social media, ensuite nous avons petit à petit commencé à travailler sur le copywriting, la création de templates pour sites web… et on s’est retrouvé à faire beaucoup plus que du social media. J’ai compris qu’il fallait surfer sur cette vague et on a pensé à agrandir l’équipe. Aujourd’hui, je suis fière de travailler avec des personnes engagées, compétentes et au sens des responsabilités développé. Nous favorisons les échanges et nous n’imposons pas de distance hiérarchique afin d’entretenir l’esprit d’équipe. Je suis convaincue que le fait de maintenir une bonne ambiance au bureau permet de booster encore plus la productivité de mes collaborateurs. 

FDT : Aujourd’hui, quels sont les services offerts par « Bee Studio Communication » ?

NB : On est principalement une agence de communication digitale. On fait du street marketing mais notre spécialité reste le digital. Comme je l’ai expliqué tout à l’heure, le nom de l’agence est inspiré de l’abeille qui a 7 rôles tout comme Bee Studio Communication qui offre 7 services :

1- 𝗖𝗼𝗻𝘀𝗲𝗶𝗹𝘀 𝗲𝗻 𝗺𝗮𝗿𝗸𝗲𝘁𝗶𝗻𝗴 : Notre équipe de consultants en marketing effectue un benchmark national et international et propose une élaboration de stratégie concurrentielle qui se démarque sur le marché.

2- 𝗗𝗲́𝘃𝗲𝗹𝗼𝗽𝗽𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘄𝗲𝗯 : Nous prenons en charge l’intégralité du projet : l’élaboration des cahiers des charges, réservation du nom de domaine, l’hébergement, le développement des différents types de sites web et même la rédaction du contenu en différentes langues. À noter que nous effectuons même la maintenance et la refonte.

3- 𝗖𝗼𝗺𝗺𝘂𝗻𝗶𝘁𝘆 𝗺𝗮𝗻𝗮𝗴𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 : Notre département créa est spécialisé dans la gestion des réseaux sociaux et prend en charge l’élaboration de la stratégie digitale: stratégie social media, création des comptes, animation, création de contenu et reporting.

4- 𝗖𝗿𝗲́𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂 : Notre équipe atteste de ses compétences en création graphique avec des prestations originales qui répondent à tous les besoins: conception des visuels graphiques, conception des posts motion design, copywriting et rédaction.

5- 𝗖𝗿𝗲́𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗮𝘂𝗱𝗶𝗼𝘃𝗶𝘀𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 : Notre studio de production assure les différents types de shooting et tournages vidéos ainsi que la création 3D et la rédaction des scripts.

6- 𝗦𝘁𝗿𝗮𝘁𝗲́𝗴𝗶𝗲 𝗼𝗳𝗳𝗹𝗶𝗻𝗲: Nous mettons en place toutes les techniques de communication offline (Merchandising, Campagne Street) 

7- Performance Marketing  : Nous nous impliquons dans la croissance des projets confiés à notre agence grâce à l’expertise de nos media Buyer. Nous assurons l’efficacité de vos campagnes ADS sur tout type de média et plateforme en suivant une stratégie basée sur des méthodes testées et approuvées. 

Nous pouvons ainsi travailler avec nos clients au cas par cas en adaptant nos services en fonction de leurs besoins.

FDT : En quoi vous vous démarquez par rapport à la concurrence ?

NB : C’est la qualité de notre travail. On prend soin de nos clients et on peaufine les détails. De plus, on ne table pas sur la quantité de projets. Nos devis sont peut-être un peu plus chers que les autres agences mais nous nous efforçons de fournir un travail de qualité. La relation client est aussi au cœur de notre démarche, on est très proches d’eux et on a même un quality manager dont le rôle est de rester en contact avec eux, de vérifier le travail avant d’être envoyé…tout est dans le relationnel car j’estime que 80% de notre travail est cette relation que nous entretenons avec nos clients. 

FDT : Vous avez également lancé Bee Studio France. Pourquoi ce besoin de vous développer à l’étranger ? 

NB : J’y ai pensé pendant le confinement. J’avais fait des recherches et suivi des formations en ligne et j’ai vu que les agences étrangères étaient très en avance par rapport à nous alors qu’on a les compétences nécessaires pour fournir la même qualité de travail. Au début, j’ai eu beaucoup de mal à avoir des projets, alors j’ai commencé à travailler avec des Tunisiens installés en France, et de bouche à oreille, j’ai pu avoir des clients français. 

FDT : Comment avez-vous réussi à vous adapter au marché français malgré la différence de cultures ? 

NB : Nous avons la chance de collaborer avec des clients qui sous-traitent à l’international : des restaurants touristiques, des marques de parfums qui se vendent dans le monde, des sociétés de tourisme médical…ce qui fait que le message publicitaire véhiculé est universel et non spécifique à une culture en particulier. On est également très compétitifs sur le marché français ce qui nous avantage fortement. 

FDT : En tant qu’auto-entrepreneure en Tunisie, qu’est ce qui est le plus difficile ? 

NB : C’est malheureux à dire mais il n’y a pas de lois qui protègent les petites entreprises en Tunisie. J’ai travaillé avec beaucoup de clients sur de gros projets et qui ne m’ont jamais payée ! S’il y avait eu un cadre légal et une législation ferme, il n’y aurait jamais eu ce problème. J’ai dû d’ailleurs affecter une équipe au recouvrement. C’est du temps et de l’argent perdus ! 

FDT : Et quelles sont les difficultés du quotidien en tant qu’agence de com ?

NB : Les clients ne valorisent pas ton travail. Certains considèrent même les employés d’une agence de com comme leurs esclaves et se permettent de hausser le ton. D’autres nous demandent des services en plus de ceux sur lesquels on s’était mis d’accord lors de la signature du contrat. Mais il n’y a pas que les clients ! Ce qui nuit sensiblement à l’image des agences, c’est la concurrence qui casse complètement les prix et qui propose des packs à des forfaits qui ne couvrent même pas les charges ou encore celle qui n’a aucun lien ou expertise en marketing et qui se permet de se présenter comme une agence de com. Il y a également un autre problème au niveau de la législation puisqu’en Tunisie, on ne peut pas à travailler correctement sur des packs de référencement sur Google Ads par exemple. On ne peut même pas acheter les logiciels qui coûtent très cher parce qu’on a les mains et les pieds liés par l’État…On n’a malheureusement pas un environnement entrepreneurial qui aide les jeunes entrepreneurs à tenir bon, on n’a ni accompagnement ni formations ! 

FDT : Comment vois-tu l’avenir de Bee Studio Communication ?

NB : Pour moi, l’avenir c’est la France. J’ai envie de m’y développer encore plus. Bien évidemment, je compte agrandir mon équipe en Tunisie et affecter une autre qui travaillerait sur les projets en France. Donc pour l’instant et pour les 3 années à venir, je compte me focaliser sur ça. 

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments