Vous êtes vous déjà fait "ghoster" ?

0
897

Charlize Theron a quitté Sean Penn sans lui répondre au téléphone et en le laissant sans nouvelles. Ce phénomène n'arrive pas qu'aux stars, loin de là. Nous sommes tous confrontés à l'ignorance aujourd'hui et nous devons lui faire barrage avec intelligence. Nous avons tous déjà vécu le vide, l'absence et l'impression de délaissement après une rupture par ghosting. Le ghosting vient du mot anglais "ghost" qui veut dire "fantôme" et signifie l'acte de laisser son conjoint sans nouvelles afin de mettre un terme à la relation. Solution de repli ou panique ? Lâcheté ou raison ? Égoïsme ou lucidité ? Des études ont été menées par le Huffington Post et le YouGov en 2014. Elles révèlent que près de 11% des lecteurs ont ghosté un jour leur conjoint. Le magazine Elle a également fait un sondage parmi ses abonnés qui indique que 16% des hommes contre 24% de femmes l'ont déjà vécu.  
 
Vous me direz, cela fait des millénaires que la séparation existe entre les deux sexes opposés, que l'on souffre par amour et que l'on bâtit des murs dans le couple pour éviter d'assumer ses choix. Seul différence aujourd'hui, c'est la place que prennent les réseaux sociaux dans nos vies. Les nouvelles technologies permettent de connaître les moindres actions de l'autre sans pouvoir interagir avec lui. Un mouvement de doigt sur Tinder ou Grindr suffit pour faire disparaître ce que l'on veut de son quotidien numérique. Ghoster, c'est oublier de répondre à un mail, faire semblant de ne pas voir un message, c'est couper son téléphone volontairement pour éviter quelqu'un. La personne qui ghost ignore l'autre pour s'éviter une source de stress supplémentaire. Aycha a vécu cela de la part de son compagnon : "J’ai été ghostée il y a de cela quatre ans. Je m’en rappelle encore et je garde de la rancune au fond de moi. Après deux mois de relation, mon copain a soudainement disparu. La dernière fois que nous nous sommes vus, tout s’est très bien passé. Nous avons dîné puis il m’a raccompagnée chez moi. Rien d’anormal. A part que depuis ce jour, je n’ai plus eu de nouvelles. Je devais partir quelques jours plus tard pour une longue période à Paris. Il ne répondait ni à mes appels, ni à mes textos. J’ai fini par lui envoyer un mail deux semaines plus tard pour lui expliquer mon ressenti. Je n’ai jamais eu de réponse. Une mauvaise expérience qui a fait remettre en question mes rapports avec les hommes. Je m’en suis voulu un moment, je me suis posée des questions, j’ai aussi perdu un peu confiance en moi. J’ai compris après coup que ce n’était pas ma faute, mais celle de ce gars arrogant et malpoli. J’ai fini par le revoir un an plus tard. Il a fait comme si de rien n’était en demandant de mes nouvelles d’une manière détachée".

Les avis des internautes sont partagés. Il y a ceux qui préfèrent se décharger de la responsabilité d'être "celui qui quitte". Ces personnes ont peur de faire souffrir l'autre et choisissent la solution de facilité en bloquant tous les ponts et tous les moyens de communication. "Parfois, il vaut mieux dire quelque chose de méchant et ne pas chercher plus loin avec une personne. C'est peut être un peu maso. Rompre de cette façon, c'est aussi se protéger d'une personne toxique." Cette manière de rompre à l'air du numérique a tendance à se banaliser. Help ! Kenza, étudiante de 25 ans a été tenté par le ghosting car elle n'était plus amoureuse de son compagnon, mais elle a préféré la sincérité : "Avec Ameur, ça n'allait plus depuis quelques temps. Nous étions devenus des inconnus l'un pour l'autre, il n'y avait plus la petite étincelle du début. Quand j'ai décidé que nous devions rompre, j'ai beaucoup hésité à lui dire. Mais je ne voulais pas le laisser sans nouvelles. Il aurait trop souffert. Nous en avons finalement parlé et la rupture s'est faite en face à face. Cela évite des questionnements inutiles et ça aide à se reconstruire avec quelqu'un d'autre après".  

Il faut re-contextualiser ce phénomène pour le comprendre et ne pas le banaliser. Dans une société où la consommation est omniprésente, le rôle du couple y reste encore important. Il faut donc s'attacher à en prendre soin pour que les générations futures puissent toujours croire en l'amour. RIP les textos sans réponses, les messages simplement "vus" sur Facebook, les appels qui tombent sur le répondeur et les blocages sur Netflix ! "Société de consumérisme, où tout se consomme, se consume, se confond, où sentiment rime avec vent. Pratiques express, fantomatiques, automatiques. Ça me désole". Vivre avec son temps implique donc des sacrifices et des adaptations complexes. Parfois, des mots pour dire adieu valent mieux qu'un silence insupportable.  

Et vous, que pensez-vous de cette pratique ? 

 
]]>