Votre enfant ne veut pas manger, que faire?

0
2543

Ah, les enfants et leurs caprices! Il ne veut ni aller à la crèche, ni faire sa toilette, ni s’habiller tout seul… mais quand il ne veut pas manger, là, c’est le drame et on vous comprend. A l’âge où il a le plus besoin de vitamines et d’énergie, vous le voyez à peine toucher à son assiette et cela vous inquiète. Comment faut-il réagir ? Y a-t-il des solutions ? On vous aide à y voir plus clair.

L’alimentation est essentielle pour le bon développement de votre enfant. D’ailleurs, votre pédiatre n’arrête pas de vous donner des conseils quant aux apports journaliers recommandés pour que votre loulou pousse bien. Vous aimeriez bien appliquer à la lettre les recommandations du spécialiste sauf que votre enfant vous donne du fil à retordre: il ne veut rien manger, touche à peine à son assiette et les repas se transforment en véritable cauchemar. Que faire alors face à un enfant qui refuse de se nourrir? Faut-il employer les grands moyens ou céder à ses caprices alimentaires ? 

Différents métabolismes, différents appétits

Tout d’abord, sachez qu’un enfant ne peut pas tout aimer au premier essai. De plus, ces caprices sont des comportements alimentaires qui font partie du développement normal d’un enfant. En effet, nos petits passent par des phases de croissance ainsi que des phases de ralentissement de croissance. Il est donc tout à fait normal que leur appétit varie. Vous avez aussi sûrement remarqué que votre enfant buvait beaucoup de lait durant sa première année de vie. C’est normal puisqu’il triple son poids à cette période-là, contrairement à sa deuxième année où il mange moins. En effet, à 2-3 ans, la croissance va ralentir, ce qui entraîne des besoins en énergie et un appétit beaucoup moins importants.

Gardez à l’esprit qu’un enfant mange quand il a faim. Si vous avez l’impression qu’il n’a pas assez mangé lors d’un repas, vous verrez qu’il mangera plus au prochain. Ne le forcez pas et laissez-le à l’écoute de son corps. Ne le comparez pas à ses frères et sœurs ou à ses amis qui mangent plus que lui. Chaque enfant est différent et a des besoins propres à son métabolisme. S’il n’a pas faim, respectez sa décision sans forcer sinon il perdra sa capacité à évaluer son appétit. 

Tâchez surtout de lui offrir des plats variés et équilibrés qui lui permettront de développer ses goûts et ses habitudes alimentaires de façon harmonieuse. Les enfants sont également très occupés en général à faire plusieurs activités comme jouer, sauter, courir… manger ne fait donc pas partie de leurs priorités. Ils accordent très peu de temps aux repas, ce qui vous donne l’impression qu’il ne reste pas assez longtemps à table et donc, qu’il ne mange pas bien. Sur ce point, les pédopsychiatres insistent sur la nécessité de rester réunis à table même lorsqu’il n’a pas faim afin de participer au repas et raconter sa journée.   

Les causes possibles

Si votre enfant refuse de se nourrir chaque soir, essayez de remonter plus tôt dans la journée: sa collation était peut-être trop consistante ou trop rapprochée de l’heure du repas, il boit peut-être trop de boissons pendant la journée, ce qui remplit son estomac et lui donne cette sensation de satiété. 

Une manière pour lui de s’affirmer

Vers 18 mois et jusqu’à l’âge de 3 ans, les enfants passent par ce qu’on appelle la phase du «non». Cette phase s’applique aussi aux repas. Votre enfant va en effet utiliser la nourriture pour exprimer son désir de s’affirmer. Quand il vous dit non à un plat, il a le sentiment d’avoir acquis un nouveau pouvoir. Ne le forcez pas (on ne le répétera jamais assez) au risque de le voir développer une relation malheureuse avec la nourriture et respectez ses choix alimentaires, vous l’aiderez ainsi à développer sa capacité à prendre des décisions. Gardez à l’esprit que plus vous manifesterez votre inquiétude et vos exigences, plus il résistera. 

A retenir : 

Les erreurs à ne pas commettre

– Ne lui donnez pas systématiquement à manger ce qu’il demande, il faut que les plats restent de qualité et équilibrés. Si vous lui laissez le choix, il pourrait se nourrir exclusivement de pizzas et de hamburgers. 

– Ne le forcez pas car vous risquez de le voir vous tenir tête et surtout de développer chez lui une mauvaise relation avec la nourriture. 

Ce qu’il faut faire

– On peut motiver un enfant par l’imagination, en créant des formes avec la nourriture ou en préparant des repas très colorés. 

– Invitez-le à la préparation des repas. Il sera fier d’avoir aidé maman et donc plus enclin à goûter ce qu’il a lui-même préparé. 

– Allégez ses collations et offrez-les au moins deux heures avant ou après le repas. 

Témoignage

Khaoula 32 ans, maman de Cherifa, 4 ans et demi

Ma fille a toujours été capricieuse quand il s’agit de se nourrir. Bébé déjà, elle refusait le biberon et je peux vous dire que ça ne s’est pas amélioré avec l’âge. Disons que ça s’est même gâté ! Le moment des repas est un véritable cauchemar durant lequel je passe du rire aux larmes, je lui crie dessus ou la supplie de manger au moins une bouchée. Et parfois, si ce n’est la plupart du temps, je finis tout simplement par céder et j’accepte le fait qu’elle n’ait rien mangé. On m’a conseillé de lui préparer les plats qu’elle appréciait. C’était sans compter sur ma fille qui n’aime manger que le pain ! Elle déteste tout, même les bonbons qu’elle suce rapidement avant de les jeter ! Aujourd’hui, j’ai décidé de nous délivrer toutes les deux de ce calvaire. Je ne la force plus à manger et j’essaie de me convaincre qu’un enfant ne se laisse pas mourir de faim…

]]>