Visite guidée : Mahdia, secrets d’histoire

0
2433

Connue pour ses plages de sable blanc et ses eaux turquoise, Mahdia recèLe aussi en secret un patrimoine inestimable. Ville côtière de la Tunisie, elle compte aujourd’hui s’imposer comme une destination de premier plan. Visite historique d’une ville tunisienne qui fût autrefois la capitale de de l’empire fatimide…

Son histoire

Esplanade de la grande mosquée de Mahdia construite par les fatimide

Grâce à une situation géographique stratégique (située entre Sousse et Sfax), Mahdia a longuement été convoitée et conquise. Comptoir Phénicien puis romain, Mahdia fut choisie par les fatimides en 920 pour en faire la capitale de leur califat. Et c ́est à l’époque des fatimides que furent construits les principaux monuments de Mahdia tels que la «Skifa Kahla» ou forteresse principale protégeant les accès à la ville, la grande mosquée et le port punique qui servait de pôle commercial et militaire. Renommée pour sa pêche, ses soieries et ses oliveraies, Mahdia est l’une des plus belles villes tunisiennes. Elle possède de nombreux sites historiques, dont la première mosquée fatimide et un fort ottoman datant du 16ème siècle.

Le port punique et sa nécropole

Le magnifique cimetière marin s’ouvrant sur la mer est situé au bout de la presqu’île de Mahdia, à l’est du port. Ses tombes ne représentent qu’une partie d’une nécropole datant de l’époque punique qui s’étend sur une plus grande partie de la presqu’île. Ce cimetière marin, célèbre pour le calme et la plénitude qu’il procure, est unique. On y voit aussi les pêcheurs rangeant leurs lets dans des barques colorées. Véritable tableau poétique !

La superbe corniche de Mahdia

La grande mosquée de Mahdia, vestiges des Fatimides Construite en 916, la grande mosquée est la première mosquée fatimide. Dépourvue de minaret, l’appel de l’imam se fait de l’une de ses deux tours. Transformée sous l’occupation espagnole en sanctuaire, l’unique partie datant du Xe siècle est sa partie nord. Elle a été reconstruite selon le plan original dans le cadre des grands travaux de restauration initiés par le président bourguiba en 1964, sur un terrain gagné à la mer. Vous pourrez y admirer son architecture influencée par la grande mosquée de Kairouan.

Skifa Kahla, porte de la médina

Skifa Kahla, la porte de la médina appelée aussi Bab Zouila

Rare vestige des anciens remparts élevés en 916 par les Fatimides, la «Skifa Kahla» que l’on appelle aussi «Bab Zouila» est aujourd’hui la porte de la médina de Mahdia. Au cœur de la vieille ville, vous y trouverez les commerçants restés dèles à l’artisanat local. Chaque ruelle tortueuse recèle en secret des maisons centenaires. Parmi elle, vous pourrez visiter « Dar Sghir », une authentique maison tunisienne qui vous ouvre ses portes pour vous faire découvrir les traditions Mahdoises du quotidien mais aussi celles du mariage qui détient une place cruciale dans les coutumes de la ville. Chaque vendredi, tous les artisans locaux se donnent rendez-vous entre la « Skifa Kahla » et le port de pêche pour y exposer leurs plus belles créations.

Borj el Kébir, la forteresse de Mahdia

Imposante forteresse érigée en 1595 par les militaires Ottomans sous l’égide de Abou Abdallah Mohamed Pacha après le départ des Espagnols, le borj El Kébir est considéré comme l’un des plus beaux spécimens de l’architecture militaire ottomane. il a permi de protéger Mahdia des invasions étrangères. Dotée d’un passage voûté et courbé menant dans une cour imposante, il surveille le cap Afrique. De nos jours pendant l’été, il se transforme en lieu de fête en recevant les divers festivals.

Le musée archéologique et patrimonial de Mahdia

Le musée archéologique et patrimonial de Mahdia

Attenant à la «Skifa Kahla», le musée de Mahdia est installé à l’entrée de la vieille ville dans d’anciens locaux rénovés de la mairie. il regroupe des collections archéologiques (puniques, romaines, byzantines et islamiques) ainsi que des expositions liées aux traditions populaires. La première partie du musée nous restitue des objets remontant à l’antiquité libyco-punique, romano-africaine et des époques byzantine et islamique. La deuxième partie nous livre un panel d’objets artisanaux (boiseries sculptées et peintes, mosaïques) en provenance de la ville et de ses environs et dont certains remontent jusqu’à la dynastie fatimide. À ce même titre, deux salles ont été consacrées l’une au tissage, dont Mahdia était un centre important, l’autre aux somptueux costumes traditionnels de la région Mahdia – El Jem – Ksour Essef. il ne faut pas rater la visite de la salle des «trésors et bijoux» où sont exposées des pièces de monnaies en or ainsi que les parures portées traditionnellement par les femmes de la région.

Par Khadija Djellouli pour La Gazelle Tunisair

Crédit photos : Ashref Khmiri