Violences conjugales : une émission de télé expose la gravité de la situation en Tunisie

0
3301

«Violence conjugale: pourquoi ils les battent ? Pourquoi restent-ils? » C’est le sujet de l’émission phare de la chaîne Elhiwar Ettounsi,«Hkyet Tounsia », diffusée lundi 2 octobre et animée par Sami El Fehri. Entre témoignages de victimes, analyse de psychologues et conseils d’avocates, le programme était riche en émotions et en révélations.

Six victimes, 4 femmes et 2 hommes, sont ainsi venues témoigner des violences conjugales qu’ils ont subies. Chaque histoire a son lot de souffrance et d’incompréhension.  Pour commenter les témoignages, l’avocate Bochra Belhaj Hmida, la directrice du CREDIF Dalenda Largueche, l’avocate Sonia Dahmani et la psychiatre Dhouha Becheikh.

Voici les 4 informations à retenir impérativement :

La violence conjugale est la première cause de mortalité chez les femmes âgées entre 25 et 35 ans / Une femme sur cinq a subi des violences physiques ou psychologiques au moins une fois dans sa vie:

Ce sont les chiffres révélés par Dalenda Largueche, directrice du Centre de Recherche, d’Etudes, de Documentation et d’Information sur la Femme.

La banalisation de la violence dès le jeune âge:

Les intervenants soulignent à plusieurs reprises la culture instaurée dans plusieurs régions de la Tunisie. En effet, les filles grandissent en observant leur mère, sœur, tante, cousine être tabassées par leurs conjoints.  Résultat ? la violence envers les femmes est banalisée et étendue. Certaines femmes considèrent même la violence conjugale comme un passage obligatoire dans une vie de couple.

Le droit de porter plainte contre son mari pour viol deviendra possible grâce à la nouvelle loi :

Pour l’heure, les épouses ne peuvent pas porter plainte contre leurs maris pour viol car les relations sexuelles sont considérées comme un devoir conjugal. Cependant, grâce à la loi votée le 26 juillet dernier, cette aberration va bientôt changer. En effet, cette loi, qui entrera en vigueur dans environ 5 mois, protège les femmes contre ce crime ainsi que le revenge porn (lorsqu’un individu publie sur les réseaux sociaux des images pornographiques d’une personne sans son consentement).

Il n’y a et n’y aura jamais une raison valable à battre une femme ou un homme

Sonia Dahmani et Bochra Belhaj Hmida ont évoqué cette habitude des victimes à culpabiliser et à se demander si elles ne méritaient pas les coups de leurs conjoints. La réponse des  avocates est unanime : qu’on soit vulgaire, désobéissant etc.  il n’y a aucune excuse qui justifie qu’on soit tabassé.

Les personnes violentes ont des problèmes psychologiques

Un homme/ une femme qui bat son/sa partenaire ne changera pas du jour au lendemain. Ils ont besoin d’être suivis psychologiquement.

Si votre conjoint lève la main sur vous, il le refera. Quittez-le avant qu’il ne soit trop tard.

Retrouvez l’émission ici