Vernissage : “ Jamboree ” par Taher JAOUI à la galerie Musk & Amber

0
38

“Des figures déformées, des couleurs très vives, des déguisements qui font penser au carnaval. “Jamboree” la nouvelle exposition de l’artiste Taher Jaoui surprend le public par une démarche qui rejoint un style personnel sous l’influence de l’art primitif africain, des dessins animés, ainsi que la philosophie et l’attitude de l’expressionnisme abstrait ; il peint des univers peuplés de créatures étranges qui semblent sortir d’un «rêve éveillé» “J’aime la façon dont les expressionnistes à l’époque ont dépassé les beaux-arts et la façon dont c’était enseigné. Ils se sont permis d’aller plus loin” , explique l’artiste. “Jamboree” est une exposition originale qui nous emporte au rythme d’une fraîcheur, d’une poésie, d’une esthétique superbe, dans le monde intime de Taher jaoui.

Un monde d’où les pensées jaillissent, dans une immédiateté qu’affectionne le public . Je conçois son travail pictural comme une représentation du monde dans sa globalité, sous différentes formes et à différentes échelles, aussi bien microscopiques que célestes. Le monde bouge de façon hasardeuse et désordonnée, ce qui lui confère sa beauté et son éloquence à ses yeux. Sa manière de se façonner et de se mouvoir est irrégulière et imprévisible, donc évocatrice. L’autonomie et l’indépendance de son oeuvre lui permettent de s ‘exprimer indépendamment de lui. L’oeuvre raconte l’histoire de sa création, de sa naissance et de sa réalisation, elle confirme sa provenance de l’invisible et de l’irréel, dans un langage autre que celui de l’image où la signification trouve, amplement, sa place. De même que dans l’écriture, les lettres de l’alphabet constituent un outil de communication avec l’intellect, dans une composition abstraite, ce sont les formes et les couleurs. Cette construction a le pouvoir de parler à l’âme de celui qui la regarde en silence et sans l’intervention inutile de l’artiste. Elle porte en elle la signification authentique ; il suffit à celui qui la regarde de comprendre cette vérité. Au cours de la réalisation de l’oeuvre, la seule préoccupation de Taher est la recherche de l’équilibre. Ce qui représente une tâche très difficile, étant donné que c’est le mystère de la création qui en détient le secret, elle le dévoile selon sa propre volonté et non selon le bon vouloir de l’artiste qui n’est pas maître de la situation. Ses créations dans les oeuvres explorent le potentiel expressif des mouvements formés par les mélanges des courbes et les inflexions, les coulures et les torsions, les glissements et les étalements. Par un indispensable contact physique avec la peinture, elles acquièrent un caractère organique dicté par l’anatomie humaine, le désir et la spontanéité physique. Si le concept est primordial, l’esthétique reste première. L’artiste jongle entre ses lignes artificielles et naturelles, laissant le beau poindre des aléas tout en calculant un plaisir rétinien, une jouissance picturale théorisée par la neurologie et explorée par l’art optique. Sa démarche artistique se situe à la limite du hasard et du savant calcul.”

Texte par la commissaire d’exposition : : Rim BEN BOUBAKER