Voilà un jeune entrepreneur qui ne s’est pas laissé décourager par l’actualité économique du pays. Ismail Ben Sassi, 27 ans, a lancé il y a quatre ans le site « ilboursa.com », premier site boursier et financier en Tunisie. Depuis 2013, le site ne fait qu’attirer de plus en plus de lecteurs assidus entre professionnels du domaine et simples citoyens curieux de mieux comprendre les enjeux économiques du pays. Au total, plus de 8000 inscrits visitent le site pour s’informer et échanger dans ses divers forums. Et depuis peu, le projet s’est développé pour couvrir des pays francophones en Afrique.

Prochain pays ? Le Maroc, qui aura son « ilboursa » avec toutes les infos relatives au pays.

Pari gagnant donc pour ce jeune homme qui a misé pile au bon moment sur l’indication boursière et économique. « Les 3 premières années post-révolution ont suscité un intérêt particulier pour la politique mais depuis 2014, l’économie a un regain d’intérêt général au vu de la situation du pays. Les lecteurs sont de plus en plus sensibles à l’économie du pays » nous dit le jeune entrepreneur. En témoigne ce dossier qui lui est consacré.

Ilboursa donne une info simple et accessible à ses lecteurs : avec quel pays, la balance commerciale est-elle déficitaire ? Quels sont les produits qu’on importe le plus ? Qu’on exporte le plus ? Quelles sont les évolutions des ratios ? , etc.  sont autant d’articles que le site propose à son lecteur lambda.  Avec une cible plutôt jeune (entre 20 et 50 ans), le site attire les cadres supérieurs, les chefs d’entreprises, les décideurs, mais pas que. Le site attire de plus en plus de femmes. « Aujourd’hui, nous avons une audience de plus de 30% qui est féminine. »

Pour cette start-up qui n’a jamais perdu d’argent depuis sa création, les objectifs sont clairs : vulgariser la bourse auprès des Tunisiens et donner une information complète (taux de change, balance commerciale, résultats, évolution de grands groupes tunisiens, etc.).

Le plus ? Des outils d’analyse et d’aide à la décision adaptés au marché tunisien qui s’adressent aux professionnels du domaine. Ilboursa propose même un portefeuille virtuel pour s’essayer à la bourse si l’on est intéressé mais novice. Cette méthode permet d’expérimenter le marché réel avec de l’argent fictif.

Si Ismail Ben Sassi a été classé dans le top 30 du magasine Forbes des jeunes les plus prometteurs d’Afrique, c’est parce que son parcours vaut le détour. Après sa licence en économie à Toulouse School, le jeune homme a l’occasion d’effectuer un stage chez ABC Bourse en France, premier site boursier indépendant. En contact direct avec le DG de la boîte, il lui propose d’appliquer le même concept sur la Tunisie. Après une étude du marché tunisien, ilboursa est lancé en Tunisie, en vue d’un développement sur l’Afrique francophone. Au deuxième jour de sa version béta, le site enregistrait déjà plus de 3000 visites. « C’est simple, même si le marché était petit, le constat était bien là : il n’y avait jusque là aucun média digital sur lequel on pouvait suivre l’actualité boursière et économique tunisienne. » nous explique Ismail Ben Sassi.

Ismail passe en quatre mois chez ABC Bourse de simple stagiaire à associé sur un projet et responsable de développement du projet en Afrique. En parallèles, le jeune homme poursuit ses études et enchaine avec un master au bout duquel il est approché par la banque Edmond de Rothschild à Paris. Une occasion en or qu’il ne peut pas refuser. Mais Ismail continue de chapeauter le projet Ilboursa.com qui évolue tranquillement en Tunisie. Lorsqu’en 2015 le jeune entrepreneur est muté à Genève, il n’est pas très chaud pour y aller. Il y voit alors l’occasion de rentrer définitivement en Tunisie et de s’occuper pleinement d’ilboursa.

N’est-ce pas osé pour une personne qui a conscience du réel état économique du pays, que de rentrer investir et s’installer en Tunisie ?

« Oui, mais si je ne le fais pas maintenant, je pense que je n’aurais jamais le courage de le faire. » me répond le jeune homme. « Et puis, j’ai l’âge de l’optimisme. Je continue de croire en des lendemains meilleurs. »

Aujourd’hui, le modèle ilboursa est dupliqué sur le marché marocain et verra le jour d’ici la fin de l’année. Un fond d’1 million de dinars a été levé et l’équipe ne compte pas s’arrêter là. « Nous espérons couvrir tous les marchés boursiers francophones d’Afrique. » Chiche !

 

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?