Une photo d’une femme tunisienne violentée choque… mais pas pour les bonnes raisons

0
5729

Un photographe tunisien et une femme battue décident de dénoncer les violences faites aux femmes à travers une photo de la victime.

Le photographe en question est Karim Kamoun, qui a eu l’idée de prendre en photo une femme victime de violences conjugales, mettant en exergue des traces de coups sur son corps.

karim kammoun

Le cliché a été partagé sur Facebook avec comme titre, évidemment sarcastique,  » Le seul Fautif… C’est Elle. » Une action noble pour une cause noble… L’artiste explique que la dame est issue d’un milieu social très élevé, qu’elle a été agressée par son mari à plusieurs reprises et qu’elle a enfin décidé de rompre le silence. Il précise que cette initiative vise également à inciter d’autres femmes dans le même cas à sortir elles aussi de leur silence…

Sauf que la photo a été censurée après que des internautes, qui au lieu de s’offusquer de l’acte barbare subi par la femme, ont été choqués par sa nudité, l’ont signalée à Facebook comme étant une photo érotique…

Dénonçant cette censure, Karim Kammoun, affirme qu’il compte bien continuer le combat.

Notons par ailleurs que selon une étude effectuée en août 2015 par l’Institut national démocratique pour les Affaires internationales (NDI), auprès de 1.527 femmes de 16 ans et plus dans 150 localités en Tunisie, 23% des femmes seraient victimes de violences. 40% d’entre elles auraient subi des agressions physiques et 80% psychologiques et verbales. Toujours selon cette même étude, 53% de ces femmes auraient été violentées dans le cadre familial. Cependant 81% des victimes n’auraient pas porté plainte. Des chiffres, qui, le moins que l’ont puisse dire, sont alarmants.