Un Russe échappe à l’attaque d’un ours en lui mordant la langue

0
80

L’information aurait pu faire partie des nombreuses blagues du compte Twitter @CrazyinRussia qui tourne en dérision la population russe. Et pourtant, elle fait bien partie des faits divers… Selon nos confères de RT, Nikolay Irgit, un homme russe âgé de 30 ans, s’est rendu il y a environ 10 jours à une réserve naturelle située dans la région de Touva. En compagnie de deux amis, le jeune homme n’avait pas l’intention de profiter de l’air frais de cette région du sud de la Sibérie mais plutôt de collecter des bois de daims et d’élans. Le groupe d’amis a alors établi un campement, allumé un feu puis cuisiné avant de se séparer pour ratisser large. Malheureusement pour Nikolay, sa chasse aux bois ne s’est pas passée comme prévu.

Durant son activité illégale, Nikolay est tombé sur un gentil animal d’une amabilité légendaire : un ours brun. Pris de panique, il a alors commencé à crier en espérant que cela puisse effrayer l’imposant animal qui pourrait en faire une bouchée et le diviser rien qu’avec ses griffes. Évidemment, un mammifère d’une telle taille —jusqu’à 600 kg— n’allait pas être effrayé aussi facilement et a commencé à la mordre à la tête et au visage. Selon la police locale, dès que l’ours de Sibérie l’a griffé au visage, Nikolay a songé à une chose qui a fini par le sauver d’une mort certaine : mordre la langue de l’animal. In fine, ce dernier a pris peur et a fini par s’échapper. Sauf, l’homme a alors pu contacter ses amis qui ont pu appeler les secours. Si Nikolay a pu échapper de justesse aux crocs de l’ours brun, il sera peut-être poursuivi pour activités illégales. Les bois des élans et daims sont notamment utilisés à des fins médicales et font partie d’un énorme trafic au marché noir.