Un projet culturel en tête? L’incubateur Minassa accompagne les jeunes créateurs

0
50

Minassa, l’incubateur de la scène culturelle et créative vient de débarquer en Tunisie. Ce nouveau né tunisien existe déjà dans plus de 30 pays dans le monde. Dans sa version tunisienne, le projet est porté par INCO et soutenu par Drosos, et a pour objectif d’accompagner les créateurs de demain, de quoi rendre heureux de nombreux jeunes concepteurs et entrepreneurs.

#1AAP – Minassa lance son premier APPEL À PROJETS

📣 APPEL À PROJETS 📣Creative People, vous avez un projet ou une entreprise culturelle et créative ? Yalla, montez sur scène avec votre projet et postulez avant le 📅 6 juin à notre programme d'incubation personnalisé, adapté à vos besoins et à votre stade de développement ! Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre site 🌐 https://www.minassa.co/ ou postulez directement sur 👉👉 http://bit.do/eN4DcUn projet porté par INCO et soutenu par DrososMotion by Nyzar Trabxlsi

Gepostet von ‎Minassa منصة‎ am Mittwoch, 8. Mai 2019

Là où durant des années tout projet culturel a été considéré comme non viable et autonome économiquement, Minassa propose de changer la donne et d’accompagner les créateurs dans de nouveaux modèles économiques élaborés sur mesure pour ces projets culturels.

Aanas Sabbegh, directeur de Minassa, nous explique que cet incubateur est le premier spécialisé dans l’industrie culturelle en Tunisie. « C’est un jeune bébé qui a démarré récemment avec un appel à projet lancé le 6 mai dernier d’une duré d’un mois, au bout duquel nous avons reçu plus de 80 projets. »

Ces projets qui viennent de tous univers confondus : patrimoine, artisanat, cuisine, audio-visuel, design….ont pour point commun une valeur créative liée à l’industrie culturelle qui englobe désormais de nombreuses disciplines. « C’est simple, notre objectif est d’accompagner des entrepreneurs culturels dans le processus de création d’entreprise et que ca soit viable économiquement. Un site de vente de tickets de théâtre par exemple peut très bien être un projet que nous accompagnons. »

Les incubateurs sélectionnés sont donc des entrepreneurs culturels qui créent, développent et commercialisent un service dont la dimension est culturelle. «Et Minassa vise n’importe quel porteur d’idée à valeur culturelle ajoutée. Ca peut démarrer de l’étape « idée de projet» et jusqu’au projet déjà mis en place pour que l’un de ses volets soit développé. »

Minassa, quel suivi ?

Lorsque les incubateurs rentrent dans le programme, ils bénéficient du savoir faire, d’un renforcement de capacité et d’un soutien moral tout au long des six mois d’accompagnement. Cependant lorsque le programme prend fin, Minassa continue de suivre ses incubateurs de loin sur une durée de 3 ans.

«Tous les 6 mois, nous lançons un appel à projet pour en sélectionner une dizaine d’incubés qui rentrent dans le programme d’accompagnement. Anas précise : « On ne subventionne pas mais on donne le plus important, le savoir faire, le renforcement de capacité, le soutien moral et l’accompagnement par des experts ou des mentors. Et comme nous sommes présents sur 34 pays, nous sommes prêts à suivre n’importe quel produit qui veut se lancer dans l’un de ces pays, en le mettant en contact avec nos partenaires. »

Pour cette première édition, les présélectionnés vont pitcher devant un jury composé de professionnels culturels et économiques tels que Zoubeir Mouhli (patrimoine), Aida Mhedhbi (design), Leila Belgacem (hôtellerie), Ali Mnif (busines)…

Si l’incubation a lieu a Beb Mnara, dans un espace de coworking spécialement dédié aux projets sélectionnés, il est tout à fait possible de profiter des lieux pour un événement quelconque. Un makhzen est entrain d’être mis en place et est actuellement en rénovation afin d’accueillir prochainement tous types de rencontres ou d’événements.