Tunes #8 Quand Ghalia Benali enflamme la scène tunisienne

0
452

La musique arabe telle qu’elle la vit et la véhicule est une mélodie évolutive en soi. A la fois contemporaine et originelle, sa musique puise sa beauté dans un répertoire traditionnel, agrémenté d’une langue extraordinairement envoûtante. Ghalia Benali se réinvente et réinvente son répertoire musical à chaque passage en Tunisie. Son avant dernier concert à Tunis date d’il y a deux ans, le dernier date de samedi dernier. La jeune femme a encensé l’espace du Carpediem avec un spectacle qu’elle a plutôt qualifié de « Hadhra » que de concert.

Le spectacle tant attendu par son public fidèle a vu se rassembler plus de mille personne en plein air. Sur scène, le percussionniste Imed Alibi, le violoniste Zied Zouari, Pascale Snoeuck pour la musique électronique et Ghalia Benali démarrent le dernier projet de l’artiste « One Hour Before The Gods Awake ». Un mélange subtil de textes en arabes littéraires et de poésie magnifiés par la rencontre des sons électroniques avec les instruments de musique. Ghalia nous convie à nous installer par terre et à nous mettre à l’aise. Elle a la parole simple et belle, le sourire radieux et l’ambiance est tout de suite décontractée et festive. La musique nous emporte vers les contrées des Dieux et des mythologies. Ode à l’amour, mais aussi ode à la musique fusion, aux textes sacrés qui se prêtent à de telles créations. Entre un « Tayamatni » aux sons du violon et sur fond de musique électro et un rythme plus tribal avec un « Ya Sidi Ya baba », Ghalia nous propose les reprises classiques qui ont fait son succès comme « Ya msefer wahdak », la jeune femme enchaîne les morceaux qui ne se ressemblent pas et termine le spectacle avec un « douaa » à la sauce de Pascale Snoeuk.

Samedi dernier, Ghalia Benali nous a présenté une vraie « Hadhra » qui a duré près de deux heures. Deux heures de transe et de « tsaltin » sur des notes qui oscillent entre la musique orientale classiques, le contemporain, le flamenco et les notes électroniques. Un style nouveau parfaitement maîtrisé, joliment évolué. L’artiste déjà confirmée s’établit dans un nouveau genre qui lui sied à merveille. « One Hour before Gods Awake » est un projet qui risque de conquérir un bon nombre de fans sur les scènes internationales.

@Photos: Faten Gafsi