Top 10 des supplices de l’épilation

0
8295

Si l’épilation au sucre nous garantit une peau douce pendant une longue période (enfin, plus longue qu’avec un rasoir), cela va sans dire qu’elle nous le fait payer cher.

1-Aïe, aïe, aïe !!!

friends
On pleure, on crie, on rit même, hystériquement. A chaque fois qu’on retire la bande de sucre on a l’impression de s’arracher la peau. Et pourtant on le refait, encore et encore.

2-Les caprices saisonniers
S’il fait chaud, la pâte de sucre fond, on ne peut plus l’utiliser et il faut en refaire une autre. S’il fait froid, elle durcit et là plus moyen de l’étaler. Alors soit on se convertit au rasoir, soit on prend son mal en patience!

3- Les acrobaties

flexible
Si les jambes, les aisselles ou les bras sont facilement accessibles, d’autres parties, que je me retiendrai de citer, sont beaucoup moins évidentes à atteindre, alors à vos techniques persos et à vos positions improbables!

4-Les escapades improvisées
On étale la pâte de sucre, on tire et… un petit bout se barre. Pour aller se coller où ? Sur le mur bien sûr, ou sur le lit ou le miroir, enfin là où il ne faut pas!

5-La mise à l’épreuve
Non seulement elle fond, mais en plus elle colle à la peau! Il ne reste plus qu’à s’en débarrasser avec ce qui nous tombe sous la main – à vos risques et périls – ou à se laver pour tout recommencer avec la tentation de céder au petit rasoir qui nous fait de l’œil sous la douche.

shaver

6-Attention, ça colle!
ça colle aussi aux doigts et on a tendance à l’oublier! Le téléphone, parce qu’on vient d’y répondre, ou encore les cheveux qui pendouillent et qu’on remet en place sans y penser, tout devient collant!

7-Les bleus
En général cela arrive quand la pâte colle, qu’on décide de lui tenir tête et de l’enlever coûte que coûte. Résultat des courses: un beau bleu que l’on aura du mal à camoufler sur la plage!

8-Les prises de tête
Vous les connaissez bien ces fameux poils têtus qui s’accrochent à votre peau tels des sangsues. On a beau passer et repasser la pâte dessus. Rien à faire. Ils sont là et ils comptent bien y rester.

9- Les oublis rageants
On a enfin terminé. L’heure de gloire a sonné. On se met en pleine lumière, face au miroir pour contempler notre œuvre et… horreur! L’arrière de la cuisse droite, et une partie du bras gauche, ratés! Rebelote.

10-Le petit souvenir
La séance de torture terminée et cette fois pour de bon, il n’est pas rare qu’une ampoule orne notre pouce ou parfois l’index, ou même les deux, juste pour nous rappeler le calvaire qu’on vient de vivre.