Tokyo Gastronomie : au pays du soleil levant

69
img_0252
Marché Tsukiji, Sushis frais à déguster sur place, Crédit photo : Chroniques gastronomiques Montreal

Tokyo est mondialement reconnue comme une des meilleures destinations gastronomiques de la planète. Pour bon nombre de touristes, l’originalité et le raffinement de sa gastronomie sont parmi ses attraits principaux. La découverte et le dépaysement passeraient donc par les papilles ! Les voyagistes le savent et offrent des tours spécialisés. Un voyage dans la cuisine japonaise à Tokyo est une expérience unique, l’un des meilleurs moyens de découvrir réellement ce pays et ses habitants, sans détour et sans clichés.

Connaissez-vous le sashimi de fugu, les takoyaki, les shiitake, les lesayu ou les hamo ? Et bien sûr, vous ne serez pas déçu par les meilleurs sushis au monde. L’art de la cuisine japonaise repose sur l’action de découper. La quintessence de l’art culinaire japonais exige fine lame et dextérité au millimètre près.

L’art culinaire nippon, une philosophie

Avant de débuter le repas, tout Japonais dit: « Itadakimasu ! » Ce qui signifie : « Je reçois avec humilité ». C’est un hommage aux divinités issues du shintoïsme, aux animaux et aux végétaux, en remerciement pour leur sacrifice. Les Japonais ont un respect et une reconnaissance infinis pour ce que leur apporte la nature. Ce qui définit la cuisine nippone, c’est avant tout sa simplicité, sa modestie, sa tempérance, voire son ascétisme. La cuisine japonaise est aussi un art de par ses rituels de préparation, de cuisson et de consommation. Elle fait appel à l’histoire, à la tradition, à la religion et à l’esthétique, qui ont une place essentielle dans le monde culinaire nippon. Chaque aliment doit être séparé afin de dévoiler l’essence même des saveurs.

food-3-chirashi-sushi
Meilleurs sushis au monde, chirashi, Crédit : Andre Wamiet

Quant à la préparation, c’est l’aspect primordial de la cuisine japonaise. N’oublions pas que les Japonais ne se servent que de « hashi », ou baguettes, ce qui fait que les aliments doivent être coupés en morceaux de la taille d’une bouchée. Les mets doivent être saisis avec délicatesse. Entre deux bouchées, les Japonais ont l’habitude de goûter le raifort ou du radis blanc râpé frais en marinade. Un petit bout de gingembre mariné est conseillé pour mieux ressentir toutes les saveurs lors de la bouchée suivante… On terminera en général par des fruits de saison en salade ou non. Nous avons choisi malgré tout une glace au thé vert.

food-11-kazunoko-sea-tangle-with-its-roe

Nos choix

Meilleurs sushis au monde
1- Kazunoko (œufs de hareng salé)
2- Chirashi (riz vinaigré surmonté de poissons crus « éparpillés »)
3- Matcha green tea ice-cream (glace à la poudre de thé vert)

Cérémonie du Thé

Nous ne pouvons omettre de parler de l’art suprême au Japon, celui de la cérémonie du thé, appelée « chanoyu ». Durant cette cérémonie, le Maître du thé gouverne chaque phase, depuis le choix de la grandeur de la pièce, le nombre des invités, la disposition des ustensiles jusqu’au service… Un praticien de la cérémonie du thé doit être familier avec les différents types de thés et leur production. Il doit connaître les différents kimonos, la calligraphie, les arrangements oraux, les céramiques, l’encens et un large ensemble d’autres disciplines et arts traditionnels en plus des pratiques du thé, enseignées dans son
école. L’étude de la cérémonie du thé peut prendre toute une vie. Il faut savoir que pour participer en tant qu’invité dans une cérémonie du thé formelle,
une connaissance du « chemin de thé » est requise, incluant les gestes recommandés, les phrases à dire par les invités, la bonne manière pour boire le thé et la tenue générale à adopter dans la salle où est servi le thé. Toute une étude !

food-10-matcha-green-tea-ice-cream
Matcha green tea ice cream, Crédit : André Wamiet

Texte : Martine Geronimi

Photos : André Wamiet

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?