Pression sociale, peur de la solitude, etc., de plus en plus de personnes se marient pour des raisons éloignées de l’amour. Appelé “mariage de raison”, il est défini comme une union solennelle dans laquelle les intérêts priment sur les sentiments. Acte désespéré ou réfléchi, la société joue ici un rôle déterminant dans ces choix. Cinq Tunisiens ont accepté de se confier sur leur mariage dénué d’amour.

 

Ali, 44 ans

“Il est hors de question que ma famille ou que le reste du monde découvre mon homosexualité”

“ Me marier était une nécessité pour moi. Je devais faire taire les rumeurs d’homosexualité. J’avais 35 ans, je commençais à atteindre mes objectifs professionnels et à réaliser mon rêve mais les rumeurs et les questions sur ma vie privée affluaient. Il était donc hors de question que ma réputation et ma carrière soient entachées. J’aime trop mon travail pour laisser cela se produire. J’ai donc épousé une amie divorcée qui ne sait pas que je suis gay mais nous avons une relation très complice et je suis un mari attentionné. J’ai bien un groupe d’amis très restreint où je peux être moi-même. Pour moi, il est hors de question que ma famille ou que le reste du monde découvre mon homosexualité.”