Infidélité: Aaaah… quel mot! Quand on l’entend, on pense à nos ruptures, à nos désamours, à nos désarrois, à nos yeux enflés à force de pleurer, à un moment de chagrin, de solitude, de désespoir, qu’on a toutes vécu un jour (pour celles qui ne savent pas de quoi je parle, vous êtes bien chanceuses les filles!). Bref, on nous trompe et tout notre petit monde s’écroule… du moins pendant un bon moment (tout dépend du karma, paraît-il).

Mais qu’en est-il quand on inverse les rôles? On déteste être trompé mais on ne voit plus les choses sous le même angle quand l’infidèle, c’est nous.

Infidélité = piment
Ilhem, 45 ans, est mariée à Mahmoud depuis 18 ans. Elle a deux enfants et elle est comptable. Elle aime son mari, elle s’entend bien avec lui. Ils sont sur la même longueur d’onde sur tous les plans, ou presque… Il faut dire qu’au lit, elle n’arrive pas vraiment à prendre son pied. La passion qu’il y avait entre eux au début de leur mariage s’est estompée au fil du temps, a-t-elle confessé, en particulier après la venue au monde de leur premier enfant. Elle ne sait pas exactement quand elle s’en est rendue compte, mais il y a deux mois elle a craqué, et pour de bon. Un jeune homme de 29 ans l’a draguée à la salle de sport où elle se rend trois fois par semaine et… elle a succombé à son charme. Il lui aurait fait découvrir « mille et une autre façons de monter au septième ciel ». Ilhem nous avoue que cette aventure, qui est maintenant terminée, a ravivé et enrichi sa vie sexuelle avec son mari (Vous l’avez compris, la dame est à nouveau épanouie).

Infidélité = échappatoire
Imen, commerciale, 27 ans, fiancée à Anis depuis six ans, nous raconte qu’elle trompe son futur mari depuis presque deux ans. Elle compte bien l’épouser, nous confie-t-elle, mais la peur de se sentir frustrée d’être restée avec le même homme pendant toutes ces années, période où, d’après elle, elle aurait pu s’éclater et profiter à fond de sa jeunesse, a poussé la jeune femme à ouvrir la porte à d’autres « prétendants ». Anis, elle l’aime, elle veut avoir des enfants avec lui et elle compte bien arrêter ses petites escapades amoureuses une fois les vœux de mariage prononcés.

Infidélité = réalité
Sara, 32 ans, dentiste, va se marier le mois prochain avec Ahmed, un homme qu’elle a connu il y a 5 mois. Mariage arrangé, explique-elle. Entre-temps elle a connu Ilyes, dentiste lui aussi et il a son âge. Tous les deux sont très amoureux. Elle ne s’imagine pas vivre sans lui et lui non plus d’ailleurs (d’après elle). Problème. Pour sa famille, il n’est absolument pas question qu’elle épouse quelqu’un d’autre à part Ahmed, les deux familles ayant des liens de parenté, et apparemment des conventions à respecter. Un dilemme et un problème qu’elle n’arrive pas encore à résoudre.

Infidélité = plaisir
Kalthoum, 38 ans, est institutrice. Elle s’est mariée à 19 ans à Karim, son aîné de 8 ans. Elle n’avait aucune expérience, ni amoureuse ni sexuelle et « la première fois », nous raconte-t-elle, elle n’a rien ressenti… rien. Et 19 ans après son mariage, elle ne ressent toujours rien. Aucun plaisir. Aucune crispation. Aucun frisson. Et 19 ans après son mariage, elle fait la connaissance de Seif. Un collègue. Ils s’aiment bien, ils ne sont pas amoureux, ils sont juste bien ensemble. Et le plus important, c’est qu’avec lui, elle a enfin connu l’orgasme.

Infidélité = vivre
Badiaa. Cette fille… son histoire est bien différente de toutes les autres. Elle vient d’avoir 30 ans. C’est une artiste. Elle est avec son copain, Sami, depuis deux ans, ou un peu moins, ou un peu plus. Elle ne sait plus. Sami était son meilleur ami et elle ne se souvient pas précisément quand leur relation a commencé à évoluer. Elle sait qu’elle l’aime, beaucoup, et que lui, il ne peut pas vivre sans elle. Des projets? Non, ils n’en ont pas. Mais Badiaa aime la vie, aime les plaisirs, aime l’AMOUR, nous avoue-t-elle, en ajoutant, timidement, « je suis une assoiffée d’émotions, je vis de papillons dans le ventre, voire même de dinosaures, tout est bon à prendre ». Vous l’avez compris, Badiaa est une passionnée. Elle respire passion. Elle vit de passion. C’est, pour elle, une sorte d’adrénaline qui la fait se sentir vivante. Elle se permet donc, de temps à autre, une petite évasion dans le but de ressentir les premières émotions d’une relation.

L’adultère féminin est encore très mal perçu de nos jours et il faut se rendre à l’évidence que personne ne sera surpris si un homme se montre infidèle dans une relation, sous prétexte que la gente masculine aurait des besoins physiques plus importants. Lorsqu’il s’agit d’une femme, cela provoque blâme et mise à l’index.
Le besoin d’être reconnue et d’être regardée comme une femme et pas seulement comme une mère ou une compagne de routine, peut pousser une femme à chercher ailleurs ce qu’elle ne trouve plus chez son conjoint. Besoins émotionnels ou sexuels, peu importe, on en fait fi, les conséquences d’une trahison féminine du contrat de fidélité établi dans le couple sont généralement le divorce et la réprobation sociale.

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?