« Aujourd’hui à 4h30 du matin, je me suis retrouvée en situation de danger grave et imminent pour ma vie. J’appelle:
197 (police secours): Pas de réponse.
198 (protection civile): Pas de réponse.
193 (garde nationale): Ne sonne même pas.

Je suis seule chez moi, endormie depuis 20h la veille. Vers 4h à peu près, le chien devient fou mais je n’y prête pas d’importance car bien souvent, c’est à cause du chat des voisins, aimant bien le torturer en se pavanant le long du siège. Je me rendors très vite. A 4h25, la porte de ma chambre s’ouvre lentement. Je suis de dos. J’ai les yeux grand ouverts mais je ne bouge pas.Un homme me regarde pour ce qui semble être une éternité, puis lentement referme la porte et descend les escaliers. J’attends un peu. Peut-être 20 secondes, tout est au ralenti à ce moment là. Je me dis que si je continue de prétendre être endormie, il ne remontera pas. Mais il faut appeler les secours, c’est la bonne chose à faire en cette situation, n’est-ce pas ? J’ai d’abord peur que le bruit de l’appel interpelle l’intrus puis je vois qu’il vient d’allumer une des lumières en bas alors je commence à composer les numéros. Rien.

J’appelle le seul voisin dont j’ai le numéro. Moghla9 (fermé). Puis une idée, qui me semble maintenant idiote, m’obsède: « Quoiqu’il arrive, je dois absolument être décente et donc mettre un pantalon (haha) ». Je tâtonne dans le noir et me retrouve en Hoodie University of Birmingham et en pantalon de tailleur. La personne est entrain de descendre les escaliers qui mènent à la cave. J’essaye la police des secours une dernière fois. Rien. Dans un moment de grande solitude, j’écris un post Facebook pour demander de l’aide et j’appelle mon père qui est en France:

– فما شكون فدار والبوليسية ميهزوش تليفون (il y’a quelqu’un chez moi et la police ne décroche pas)

– برشة ناس ؟ (combien de personnes?)

– مانعرفش (je ne sais pas)

– شعل الضو ولا أعمل حس تو يهربوا (allume la lumière ou fais du bruit, ça les incitera peut être à s’enfuir)

– لا هما في وسط الدار ! واحد دخلي للبيت (Non, ils sont à l’intérieur et l’un d’eux est même rentré dans ma chambre)

– سكر على روحك الباب ! (Ferme la porte de ta chambre à clé)

– منجمش، المفتاح مل جهة لخرى ومنحبش نعمل حس (je ne peux pas, la clé est de l’autre côté et je ne veux pas faire de bruit)

Il raccroche puis me rappelle:

– مشاو ؟ (est ce qu’ils sont partis?)

– لا (non)

– فما شكون جايك توا (quelqu’un va venir à la maison tout de suite)

– هاو تو تو قصوا الضو (ils viennent d’éteindre la lumière)

– باهي هاو الجماعة فالثنية (d’accord, ils sont en route)

En 5 minutes, mon cousin et un ancien collègue de mon père sont là. L’intrus est parti, peut être 1 minute avant qu’ils n’arrivent. Mon cousin me dit que lui aussi a essayé de contacter les secours sans succès.
Dieu merci, el a55 n’était pas dans le mood de tuer, violer ou même voler d’ailleurs (Il n’a rien pris) car il avait là une occasion en or.

MoraleS de l’Histoire:
– Faire confiance au chien
– Obtenir les numéros de tous les voisins
– Toujours s’enfermer à clé
– En cas de danger, votre sort est déterminé par votre chance w rdhaiet el weldin. Vous êtes seuls. Vous n’avez aucun droit. La sûreté nationale n’existe pas. »

Par Amina El Abed