Témoignage: Mon mari s’habille en femme

0
12223

J’ai longtemps hésité avant de parler de la situation dans laquelle je vis depuis une dizaine d’années. Mariée en 2005, je suis aujourd’hui mère de deux merveilleux enfants qui ont 10 et 7 ans. Mon mariage est le fruit d’une belle histoire d’amour qui a duré 2 ans avant qu’Anis ne me passe la bague au doigt. Lui et moi, ne nous sommes jamais rien cachés. Il m’a parlé de toutes les femmes qu’il a connues, de ses expériences sexuelles, et de ses histoires d’amour bien avant qu’on se mette ensemble. Je lui ai raconté mes anciennes amours. J’aimais en lui ce franc-parler. Je me disais que c’est bien pour plus tard, que je n’aurais pas à me creuser les méninges pour savoir ce qu’il pense ou ce qu’il me cache.  Au fur et à mesure que nous passions du temps ensemble, il me paraissait évident que je voulais passer le reste de ma vie avec lui.

Au début de notre mariage, notre vie sexuelle était très épanouie. Toujours dans la perspective de tout partager et dans le but de faire plaisir à l’autre, nous avons tenté plusieurs expériences à deux. Notre seule limite était le respect de l’autre. En y repensant, cette période de notre couple était juste magique. En 3 années de mariage, j’avais mis au monde mes deux fils et notre couple était solide comme un roc. Le désir toujours au rendez-vous, nous faisions l’amour presque tous les jours. Je vous passe les détails mais nous avons exploré de nombreuses positions et réalisé pas mal de nos fantasmes respectifs.

Tout allait très bien jusqu’au jour où je l’ai surpris, un soir d’hiver, dans la cuisine habillé en nuisette, qui plus est la mienne. C’était une période où j’avais beaucoup de stress au boulot et où il m’arrivait souvent de me réveiller en plein milieu de la nuit. D’habitude je lis un livre ou regarde mon smartphone au lit avant de retrouver le sommeil. Ce soir là, j’avais envie d’une tisane bien chaude. Je m’en souviens comme si c’était hier. Il devait être un peu plus de 3 heures du matin. Mon mari était attablé en nuisette marron en satin entrain de feuilleter un magazine. J’ai tout de suite reconnu la pièce qu’il portait. C’était celle que j’avais mise pendant notre voyage de noces. Autant dire que le choc fut double. Lui, passé les 2 minutes de la surprise, il n’a pas cherché à nier ou à dire que ce que je venais de voir était occasionnel. Il m’a tout de suite avoué qu’il aimait se déguiser en femme. Qu’il a toujours fait ça depuis ses 20 ans. A ma question sur son orientation, il a insisté sur le fait qu’il était 100% hétérosexuel et qu’il ne désirait que moi. J’avoue que je ne savais pas quoi penser. Pendant quelques minutes, j’ai eu plusieurs pensées qui m’ont traversé l’esprit : partir de suite, demander le divorce, réveiller les enfants et les emmener chez ma mère etc. Puis, je suis allée dans notre chambre, je suis restée dans le lit, éveillée, jusqu’au lendemain. Lui a dormi au salon je crois. Le lendemain, ma décision était prise : j’allais l’accepter ainsi. Pour nos enfants, mais quelque part parce que je l’aimais toujours je pense.

Je lui ai donc fait part de ma décision, mais j’y ai mis une condition : il fallait qu’on suive ensemble une thérapie de couple. Il était important pour moi que je comprenne le pourquoi du comment et surtout quel rôle avais-je eu à jouer dans cette mascarade. Anis a tout de suite accepté. Avec du recul, je pense qu’il était prêt à tout pour garder notre couple.

Pour faire court, cette thérapie n’a pas révélé grand chose, si ce n’est des choses que je connaissais déjà sur Anis mais que je ne pensais pas aussi impactantes. Comme sa fascination obsessionnelle par sa mère, personnage aussi excentrique que dominant ou encore l’absence de son père qui a quitté le domicile familial très tôt. En même temps, je ne faisais que me renseigner sur ce « vice » dans des forums et sur des sites spécialisés. Il en ressortait presque toujours la même conclusion: de nombreux hommes s’habillent en femmes sans être forcément homosexuels. Ca me rassurait un peu. Et pour beaucoup cela avait avoir avec un personnage féminin important dans la vie de ces hommes. CQFD.

Et puis j’ai surtout essayé de relativiser. J’ai donc mis des termes et des conditions aux pratiques d’Anis. Il n’avait le droit de se déguiser en femme que lorsqu’il était seul à la maison. Je ne voulais pas revivre cette scène ni qu’aucun de mes enfants n’aient à le découvrir. Depuis 10 ans, chaque jour, j’essaie d’oublier et de ne pas l’imaginer en robe ou en soutien-gorge. C’est difficile ! Très difficile même. Notre vis sexuelle a changé, notre couple aussi. Mais ce n’est pas chaotique. C’est juste différent. L’amour est toujours là mais avec un arrière goût d’amertume.