Peut-on vivre avec un macho lorsqu’on est féministe ? Peut-on s’autoproclamer féministe quand on accepte de partager sa vie avec un macho ? Le sujet paraît compliqué et la réponse impossible à donner, et pourtant, des couples de féministe-macho, il en existe et comment !
La preuve en est, Selima, fervente défenderesse de la cause des femmes, est mariée à Karim, un macho comme il se doit, fidèle à tous les stéréotypes sur la relation femme-homme qu’on lui a si soigneusement inculqué, et plus encore.

Voici son récit :

« Quand j’ai connu Karim, je sortais avec le plus féministe des hommes, ou dirais-je plutôt humaniste. On est resté ensemble plusieurs années durant lesquelles j’avais presque oublié que des femmes pouvaient souffrir de discrimination sexuelle au sein même de leur couple. Karim, lui, était mon pote que je voyais de temps en temps. Je lui remarquais parfois des propos machistes mais bizarrement, je n’y prêtais pas réellement attention. Quelques années plus tard, mon ex et moi avions rompu et je me suis rapprochée un peu plus de ce pote qui est plus tard devenu mon copain.

Au début, on était fous amoureux et ses défauts ne me dérangeaient pas plus que ça. Ce qui m’importait, c’était qu’on soit ensemble, qu’on passe du bon temps et qu’on vive pleinement notre amour. Après, tout naturellement, je me suis retrouvée à partager son appartement. On cohabitait sans que la question n’ait été posée et cela nous convenait à tous les deux. Mais c’est en habitant avec une personne qu’on apprend vraiment à la connaître. C’est là que j’ai appris que mon mec était un vrai macho.

Ce sont les petites querelles au quotidien qui m’ont fait découvrir ce côté chez lui. J’ai eu droit à des aberrations telles que « Moi, je ne lave pas la vaisselle ! », « Tu es une femme, donc normalement c’est à toi de faire les tâches ménagères », « Plus tard, quand on aura des enfants, ça serait bien que tu arrêtes de travailler pour t’occuper d’eux comme il le faut. », « Tant que tu es avec moi, tu ne sors pas habillée comme ça »… et j’en passe. Je savais qu’il avait grandi dans un milieu plus ou moins conservateur, néanmoins, ses remarques me choquaient à chaque fois, parce que c’est quelqu’un qui reste quand même assez ouvert d’esprit. D’ailleurs, il m’arrivait de chanter dans des bars, et cela ne le dérangeait pas, enfin du moment qu’il était avec moi. Néanmoins, je ne comprenais pas cette contradiction.