Pour des raisons évidentes, l’auteur de cet article préfère garder son anonymat :

«Exta, MD, speed, Cocaïne, Ayahuasca, Zatla (b7ar etc…), LSD. Je ne vais pas vous mentir, j’ai déjà pris ces substances en grande ou en petite quantité. Que ce soit séparément ou en les mélangeant, dans un laps de temps très court ou très long, le matin ou le soir, avec ou sans musique, en ayant vécu le good ou le Bad trip et enfin en ayant l’esprit serein ou tourmenté.

Vous l’aurez compris, je sais de quoi je parle dans ce témoignage. Je ne donnerai, malheureusement pas de mode d’emploi mais je parlerai des effets, pour votre bien, pour vous prévenir et ainsi, je l’espère, vous convaincre de ne pas aller dans ces pratiques ou de vous en sortir.

La vie, ses difficultés et ses enjeux ne sont pas faciles pour tout le monde. On essaye d’affronter nos problèmes du mieux qu’on peut. La succession des problèmes que nous endurons engendrent cette carapace que la drogue permet de dissoudre sur une courte durée. Mais voilà, il ne s’agit pas d’une pilule magique, on parle de substances psychédéliques. Pire encore, on ne sait vraiment pas trop ce qu’il y a dedans. (Parfois on les identifie à leurs couleurs… et dire qu’il ne s’agit que d’un colorant).

Les bruits courent que l’ectasy  est fabriqué, entre autre, au Pays-Bas, et que les gens en raffolent là-bas… En réalité, elle est vendue à 6 euros et la demande est au plus bas, pire encore, l’état la met à disposition de la population (en vente) comme compagne de sensibilisation de ceux qui ne veulent toujours pas en sortir.

Chez nous? Et bien disons que sur 1000 festivaliers, il est naturel d’en trouver 500 qui sont sous l’effet de psychédélique. Rien que ça…

Le trip, ce court laps de temps (de quelques heures) où la réalité nous parait tellement belle, où l’amour est facile et où notre gentillesse prend le dessus, est l’objectif à atteindre pour tout consommateur. C’est beau! Nos actions sont sans limite, notre raisonnement est cohérent, nos sentiments sincères! Notre état de conscience nous parait être le plus juste, comme si la drogue avait mis tous nos problèmes de côté, comme-ci tout pouvait attendre…

drogue-1

On se met à méditer, à trouver des solutions à nos problèmes. Cependant, ces moments peuvent donner lieu à des sensations opposées à celles recherchées. Les effets de ces drogues sont surtout distinguables sur le long terme : paranoïa, dédoublement de personnalité, dépression pour les plus chanceux.

Ce n’est pas fini. Le plus souvent, le lendemain on ne se réveille dans un état d’esprit différent. La vie reprend son court, les soucis réapparaissent et les « fardeaux » de la vie nous hantent de nouveau…

Plusieurs types de descentes sont possibles (les jours qui suivent la prise d’ectasy ) :

-La descente douce. Cela concerne les personnes qui ont généralement une bonne hygiène de vie (sport, alimentation, esprit serein)

-Le « thalwiss » ou les petites tendances « paranoïaque » : On se referme, on veut être seul. Cela peut durer de quelques heures à quelques jours. (déprime, mélancolie, remise en question incessante)

-Le changement catégorique d’humeur : là, c’est du lourd. On devient presque une autre personne. Notre humeur change : Trop d’avis, trop de pensées négatives, trop de remises en question…

bad-trip

Je sais. Ces quelques mots ne sont pas suffisants pour parler de mon expérience. Mais je vous écris par conviction. Je suis enfin libéré de toutes ces pratiques. Mon esprit reprend son plein droit.

Cette année est signe de nouveau départ pour moi. Je me surprends à danser avant même le début de la musique. Mon esprit est en paix avec ce qui m’entoure. J’ai appris à pardonner, à comprendre que la vie est belle par ses imperfections.

Si vous venez de commencer, arrêtez tout de suite et allez régler les problèmes qui vous tourmentent. Vous en serez libéré, votre esprit sera au rendez-vous lors des grandes occasions et vous péterez la piste de danse de la plus belle des manières.

Si vous êtes consommateurs, réguliers ou non. Réfléchissez avec moi… pensez à vos parents. Que diraient-t-ils ? « Arrête cette merde ». Les conseils de vos parents ne valent-ils pas de l’or? Dites non à ceux qui vous proposent, qu’ils soient vos proches ou non. Vous êtes libre de choisir la manière avec laquelle vous voulez vous amusez. Et bien entendu, apprenez à affronter vos problèmes. Pour mon cas, la bière est devenue mon amie. Elle ne vous rend pas fou au moins.

Ne vous contentez pas de dire « attention ne prends pas ça ». Mais expliquez aussi les risques, éduquez-les de la bonne manière.

Mon dernier conseil va naturellement aux parents. Des personnes qui n’arrivent malheureusement pas à suivre toutes les nouvelles tendances des jeunes. Si vous avez des enfants (majeur ou mineur) sachez que la drogue fait ravage. Ne vous contentez pas de dire « attention ne prends pas ça ». Mais expliquez aussi les risques, éduquez-les de la bonne manière. Certains en prennent par curiosité, d’autres par défis, ou encore pour suivre la meute… (Et parfois les plus sages sont les premières victimes)

Dernier conseil : Buvez du lait et mangez du pain à l’orge chaque matin. C’est con, mais c’est ce qui me garde heureux depuis une bonne période. Faites un peu de sport, 30 minutes par jour, ça libère l’esprit. Mangez équilibré, dormez à la bonne heure et surtout ne vous enfermez pas à la maison, la vie est belle. (Vous n’avez qu’à vous renseigner sur Google).

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?