Télétravail et enfants à la maison, les parents tunisiens témoignent

0
104

Nombreux sont les parents-surtout les mamans, allez savoir pourquoi- qui doivent dealer depuis lundi entre travail, tâches ménagères et enfants confinés à la maison. L’option du télétravail est une aubaine pour certains qui peuvent effectuer leur travail à distance. Cependant, ce n’est pas aussi simple qu’on le croit. Non, ce n’est pas « comme si on était au bureau ». Il y a une vraie ré-organisation à installer pour que les objectifs du jour soient atteints, tout en prodiguant à nos chéris l’amour et le temps qu’ils réclament et dont c’est surtout le droit le plus absolu.

Des lecteurs ont accepté de témoigner :

« Voici le résultat d’une séance de coloriage sur le thème du Corona. Mon petit de  4 ans a dit qu’il ne voulait pas dessiner la maladie et qu’il préférait dessiner un arc en ciel.» Salma, 37 ans, architecte

« J’ai essayé de m’organiser pour pouvoir jongler entre télétravail et enfants à la maison. J’ai expliqué la situation au grand, qui a 5 ans, afin qu’il occupe son petit frère lorsque je suis sur un dossier. J’ai réveillé tout le monde à la même heure et nous nous sommes préparés comme si nous allions à l’école et au bureau. Mais au final, tout le plan a capoté. Mon grand n’a pas cessé de me réclamer pour jouer avec lui. Le second, c’était pareil. J’ai du céder pour les tablettes et les dessins animés le temps de traiter les dossiers urgents ; et depuis une heure, nous jouons au puzzle. Je reprendrai le boulot lorsque le papa sera de retour. » Donia, 34 ans, expert comptable
« On a annoncé les vacances plutôt que prévu, mon mari a fait de son mieux pour garder les petits pendant quelques jours, et là c’est mon tour.
J’ai commencé depuis deux jours à expérimenter quelques méthodes pour travailler à distance et occuper mes enfants, qui veulent bouger, s’amuser …On a l’habitude de les emmener aux les parcs mais là, leurs vacances s’annoncent difficiles sans sorties….
Alors voilà comment se passe la journée chez nous :
D’abord, on met de la bonne musique : ça c’est primordial.
Après le petit déjeuner, je leur laisse le choix de faire ce qu’ils veulent mais en précisant que je compte sur eux pour m’aider à me concentrer sur mon travail. Et comme par magie, ça fonctionne. Ils vont m’imiter et apportent des feuilles pour dessiner, écrire…

Quand ça commence à dégénérer, j’interviens : « vous voulez jouer au coach du sport ? » : et hop ils préparent le terrain (à savoir le salon) pour faire des exercices physiques.
Après, je commence à leur proposer mes idées improvisées ou celles que j’ai déniché d’un article sur internet « 50 activités intérieures pour les enfants qui s’ennuient »
Certainement, chaque enfant va apprécier l’une des activités et ça va l’occuper pendant un bon moment.
Mon fils a adoré le jeu du mur de dominos et il réinvente de nouvelles formes pour nous impressionner…
Ma fille a appris à utiliser le dictionnaire pour rédiger un texte qui décrit son pays de rêve…
Hier, je leur ai demandé de laver tous leurs jouets en plastiques dans la baignoire, après, ils ont nettoyé la salle de bain bien sûr, mère indigne ? Non, ils se sont éclaté à fond.
Autre arme très utile après le déjeuner, c’est des compiles de DVD de films d’animation (ou Netflix), une ambiance ciné qui remplace la sieste, pour avoir le silence total.
Sinon quelques exercices de type « brain gym » ou « brain ball » sont le meilleur moyen pour se concentrer avant la lecture ou les devoirs de mathématiques.
Et quand on a du temps libre, on fait des gâteaux ou tout simplement on les implique à la préparation du dîner.
Certes, il y aura des moment d’ennui pour nos enfants, tant mieux, ça leur fera du bien aussi … j’aimerai tant avoir le temps pour m’ennuyer un peu moi !
Voilà, je ne suis qu’au deuxième jour, j’espère pouvoir tenir ces deux semaines, je vous souhaite plein de courage et de patience dans ces circonstances qui ne font que nous endurcir.»
A.M Architecte et mère de 2 enfants jumeaux : un garçon et une fille, âgés de 7ans

« J’essaie de faire des activités avec mon aîné de 4 ans et demi. J’ai pensé à la pâte à sel, mais du coup je n’ai pas trouvé de farine…Plus sérieusement, c’est tout un programme:

Le matin, après avoir servi le petit déjeuner à toute la famille, assuré les quelques tâches ménagères-surtout de nettoyage (on devient parano en ces temps de crise sanitaire), j’essaie de me mettre au travail. Ce qui me sauve un peu, c’est l’écharpe de portage pour ma petite de deux mois. C’est comme ça que j’arrive à assurer quelques conf call, mes réunions à distance. Je mets les écouteurs, je parle, je cuisine, j’allaite ma petite…Je fais tout en même temps. Une vraie wonderwoman!

Pour l’aîné, c’est un peu plus compliqué.  Je jongle entre: je ne veux pas jouer seul, j’ai fait tomber mon ballon, je veux sortir, les pleurs…J’essaie d’éviter au maximum la télévision et les dessins animés. Mais au bout d’un moment on y vient forcément. J’essaie de proposer des activités type pâte à modeler ou coloriage, mais il est dans une phase ou il préfère se dépenser. Alors on joue et on fait des balades dans le jardin- heureusement qu’on en a un.

Le bon côté des choses, ce sont les tétées à volonté pour bébé. Maman est toujours à la maison. Pas de réunion dehors. Et ils apprécient. » Nidhal, attachée de presse, un enfant de 4 ans et demi et un bébé de 2 mois 

«Je travaille sur le festival Gabes Cinema Fen, qu’on transformé en festival en ligne. Et voilà le résultat! » Ghofrane, coordinatrice générale du festival

«Elias a 10 ans et à besoin de garder une routine: alarmes du téléphone réglée sur les heures de sonnerie de l’école ; programme de travail aligné sur le programme hebdomadaire usuel de l’école. Il travaille en autonomie. Je ne fais que préparer le contenu du travail et vérifier que le travail est correct. » Lamis, experte en finances à Paris