Sexo : le SM améliore notre humeur et élève notre conscience

0
1745

Le BDSM (Bondage, Discipline, Sado-Masochisme) n’a jamais été aussi populaire, surtout avec la sortie des romans érotiques de E.L. James, 50 Shades of Grey, et de leurs adaptations cinématographiques. Cette pratique, qui n’est pas forcément appréciée de tous pour sa « violence » psychologique (insultes) ou physique (menottes, ligotage, utilisation d’objets douloureux, etc.), a d’ailleurs fait l’objet d’une étude publiée dans le Psychology of Consciousness: Theory, Research, and Practice.

Le professeur Brad Sagarin et son équipe du Département de Psychologie à l’université du nord de l’Illinois ont ainsi étudié le comportement de sept couples : deux en relation amoureuse depuis longtemps, deux en relation libre, deux autres ayant une relation amicale et un dernier qui a fait connaissance le jour-même du début de l’étude. Les chercheurs ont alors assigné à chaque personne, de manière totalement aléatoire, un rôle de dominateur et de soumis, et ont mesuré, avant et après chaque session, leurs taux de testostérone et de cortisol, leur niveau de stress, humeur ou encore leur flow, soit leur état mental lorsqu’elles sont totalement plongée dans une activité. Après leur rencontre, l’étude a montré que tous les participants étaient de meilleure humeur, moins stressés et avaient un niveau élevé de flow.

« Cela peut-être efficace pour les personnes qui, sans cette pratique, ont du mal à s’en sortir », a expliqué le professeur Sagarin. Grâce au BDSM, donc, l’esprit est transporté dans un état de concentration proche de celui d’athlètes professionnels, musiciens ou romanciers prolifiques, soit de personnes se perdant totalement dans une activité qu’elles réussissent parfaitement.