La Semaine mondiale de l’allaitement maternel est organisée chaque année pour promouvoir cette pratique. En Tunisie, elle est célébrée chaque année du 1er au 7 novembre pour orienter les futures et jeunes mamans et les informer quant à son importance.

Toutefois, selon des données datant de 2018, la Tunisie affiche un taux d’allaitement maternel exclusif de 13,5 %, faisant partie des taux les plus bas au monde. En effet, moins d’un tiers des nouveau-nés sont mis au sein durant la première heure qui suit leur naissance. Ceci est en partie expliqué par quatre principaux facteurs qui empêchent la progression de l’allaitement exclusif :

  • Donner de l’eau au nourrisson
  • L’introduction d’autres formules de lait
  • L’introduction précoce d’aliments de complément
  • L’absence totale d’allaitement maternel.

Certaines associations œuvrent tant bien que mal à démocratiser un peu plus l’allaitement maternel en Tunisie dont l’Association HANEN pour la promotion de l’allaitement maternel qui lance cette année une campagne de sensibilisation sous le thème “Protéger l’allaitement maternel : une responsabilité partagée” afin de contribuer à la promotion et à la protection de l’allaitement maternel.

Rappelons que l’allaitement maternel contribue à améliorer la santé des mères et des enfants. L’augmentation de l’allaitement maternel à un taux quasi universel permettrait de sauver plus de 800 000 vies chaque année, dont la majorité seraient des enfants âgés de moins de 6 mois. L’allaitement maternel diminue le risque pour les mères de développer le cancer du sein, le cancer des ovaires, le diabète de type 2 et une cardiopathie.