Ah, cette bonne vieille sieste après déjeuner : rien de tel pour se requinquer après une matinée éreintante ou une nuit abominable ! Seule condition pour qu’elle soit efficace : sa courte durée. En effet, plus une sieste est longue, plus il y a de risques d’entrer dans un sommeil profond, de rompre son cycle et d’entrer dans une phase d' »inertie du sommeil ». Résultat : flottement assuré ! Hormis l’humeur pâteuse et grognon, le diabète de type 2 serait également lié à une sieste au-delà de 30 mn.

Après avoir analysé les résultats de 21 études différentes, des chercheurs de l’Université de Tokyo ont remarqué que des siestes de plus de 60 minutes s’avéraient dangereuses pour la santé car elles augmentaient de 45% le risque de développer un diabète de type 2 (lié au surpoids après un certain âge).

Il faudra donc privilégier les siestes courtes. « De nombreuses études ont démontré les effets bénéfiques des siestes de moins de 30 mn, ce qui améliore la vigilance et les capacités motrices« , a expliqué le Dr Yamada Tomahide. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire…