Si l’on soupçonnait déjà un lien entre heures de sommeil insuffisantes  et apparition d’un diabète de type 2 chez l’adulte, on ignorait que le processus pouvait, peut-être, être déclenché bien plus tôt. En effet, une étude publiée dans Pediatrics a révélé une association inversée entre manque de sommeil chez l’enfant et risques de développement d’un diabète de type 2.

Pour cela, des chercheurs de la St. George’s University of London ont analysé les échantillons sanguins –insuline, glucose plasmatique, lipides sériques et hémoglobine glyquée- de 4525 enfants britanniques âgés de 9 et 10 ans. En moyenne, ces enfants ont dormi 10 heures par nuit.

En allongeant d’une heure la durée d’une nuit de sommeil, ces chercheurs ont remarqué que l’indice de masse corporelle baissait de 0,19, l’indice de masse graisseuse de 0.03 kg/m5, l’évaluation du modèle d’homéostasie de 2,9%  et la glycémie à jeun de 0,24%. Par conséquent, moins des enfants dorment et plus ils voient ces taux augmenter, ce qui représente un facteur à risque de développer un diabète de type 2.

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?