Regard extérieur sur la Tunisie : Reda, auteur du compte Instagram « Explore With Reda »

0
815

Reda est un jeune Responsable Marketing originaire de Casablanca. Sa particularité : mettre en valeur, à travers la photographie, la beauté de ce monde. Une passion qui l’a conduit à explorer de nouveaux horizons, parfois très connus du grand public, parfois beaucoup moins.

À défaut du papier glacé, ses superbes clichés sont immortalisés (avec leurs émotions) sur son site web et Instagram. Ce dernier, au feed épuré et parfaitement maîtrisé, compte d’ailleurs presque 29 000 abonnées. Rencontre avec Reda, notre voisin marocain qui valorise la Tunisie (peut-être mieux qu’un Tunisien)…

Sur Instagram, tes photos nous transportent à Vienne, en Albanie, en Andalousie ou encore au Maghreb. Es-tu venu à plusieurs reprises en Tunisie ? Pourquoi ce choix ?

C’est en préparant une thèse sur le Marketing interculurel à Paris que j’ai commencé à m’intéresser au patrimoine (matériel et immatériel), à la « géohistoire » et aux cultures régionales. Un intérêt qui s’est ensuite mué en un véritable engouement pour les voyages et la découverte. Depuis, j’ai visité un certain nombre de pays, collectionnant photos, vidéos et écrits que je partage sur mon blog.

Une passion pour les expériences authentiques et les rencontres insolites qui m’a naturellement transporté plus d’une fois en Tunisie, pays qui fascine par sa diversité géographique, ses sites antiques d’une extrême beauté, son histoire et son atmosphère pluriculturelle.

Qu’est-ce qui t’a frappé le plus en Tunisie et chez les Tunisiens ?

Nous entendons malheureusement trop peu parler de l’arrière-pays tunisien pour en connaître ses richesses matérielles et immatérielles. Les différentes publicités de destinations balnéraires nous arrivant nourrissent inlassablement une vision inexacte et faussée du pays. Certains diront qu’il n’existe que des plages et des resorts en Tunisie, ce qui est faux. Il suffit de sortir des sentiers battus pour découvrir une Tunisie sans maquillage et sans artifices avec une population extrêmement accueillante. Une Tunisie qui dévoile avec sincérité et sans pudeur mille et un contrastes. Et une fois qu’on a découvert la Tunisie, on n’a qu’une seule envie : la redécouvrir et y revenir encore et encore.

De tout ce que tu as vu, y a-t-il des choses ignorées/sous-estimées par les Tunisiens ?

Il y a un certain nombre de pratiques, expressions, plats, connaissances, objets et savoir-faire qui sont propres à des régions et espaces culturels. C’est ce qui fait la richesse des traditions que l’on trouve de par le pays. Mais malheureusement trop peu de touristes s’intéressent à ces spécificités régionales, beaucoup se contentent des clichés « Harissa », « Danse Orientale » et « Couscous ».

J’invite donc les Tunisiens à favoriser un tourisme responsable, un tourisme de « culturetainment » qui donnera de bonnes raisons de préserver et de valoriser le patrimoine culturel immatériel, car les revenus qu’il procure peuvent être réinjectés dans des initiatives visant à assurer la survie de ce patrimoine sur le long terme.

À travers tes photos, majoritairement des paysages, y a-t-il une volonté de faire passer un message ?

J’utilise principalement le web pour trouver de bons plans, et mon blog est une manière pour moi de rendre la pareille. Je m’efforce également à nourrir un sentiment de fierté au sein des communautés en les sensibilisant par rapport au patrimoines écologique, historique et culturel de leurs ville, pays ou région.

Que fais-tu dans la vie ?

Je suis Responsable Marketing. Un métier qui me permet également d’observer de manière attentive la population et le milieu qui m’entourent.