Après le rejet du gouvernement proposé par Habib Jemli par l’Assemblée des Représentants du Peuple, la tâche de choisir un nouveau chef du gouvernement incombe désormais au Président de la République Kaïs Saïed en concertation avec les différents partis politiques. Plusieurs noms ont été proposés et certains reviennent de plus en plus souvent comme Elyes Fakhfakh, Fadhel Abdelkefi, Hakim Ben Hammouda et Mongi Marzouk. D’ailleurs, ce dernier serait celui sur lequel se serait porté le choix du chef de l’Etat selon l’article 89 de la constitution.

Mongi Marzouk, 58 ans, est diplômé de l’École polytechnique en France et d’un doctorat en physique. Avant d’entamer une carrière politique, il avait travaillé en tant que directeur de recherche puis stratège en investissement de communication. Il devient par la suite directeur de la gouvernance de l’Internet et du développement du numérique au sein d’Orange France.

Sa première expérience politique fut avec le gouvernement de Hamadi Jebali qui le nomme ministre des Technologies de l’Information et des Communications pour occuper le même poste dans celui de Ali Larayedh. En 2016, il est nommé ministre de l’Energie et des Mines dans le gouvernement Habib Essid. Il a également été proposé par Habib Jemli le 2 janvier dernier en tant que ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines.

Il est soutenu par le parti Attayar (Courant Démocrate).