Quarantaine et cordon sanitaire, des mesures utilisées à travers les siècles

0
133

Depuis le moyen âge, des mesures drastiques telles que la mise en quarantaine ou le confinement et l’isolation ont été utilisées pour empêcher la propagation d’épidémies majeures telles que la peste, le choléra ou encore la fièvre jaune.

Quels pays ont précédé l’Italie dans la mesure de mise en quarantaine ?

Dans une mesure sans précédent en Europe, plus de 15 millions de personnes du nord de l’Italie ont été mises en quarantaine depuis dimanche, avec des restrictions strictes imposées à leurs mouvements, sorties et entrées, vers et depuis la région.

Avant l’Italie, des mesures similaires ont été prises pour limiter les déplacements à Wuhan- foyer originel du virus-, une ville de 11 millions d’habitants du centre de la Chine et au centre de la province du Hubei, qui compte 50 millions d’habitants. Leur vie quotidienne a été fortement affectée par les mesures prises.

D’après Patrick Zylberman, professeur émérite d’histoire de la santé, spécialiste des infections mortelles, «À l’exception du « SRAS « en 2003, rien n’est comparable à la taille de ce processus, si ce n’est à Bombay lorsque la peste a frappé en 1898. »

Plus récemment, avec la propagation de l’épidémie d’Ebola entre 2013 et 2016 en Afrique de l’Ouest, des mesures ont été imposées à plusieurs reprises pour fermer les frontières, imposant isolement et quarantaine. Six millions de Sierra-Léonais ont été contraints de rester chez eux en septembre 2014 pendant trois jours, et de nouveau en mars 2015. Cette «fermeture complète» visait à enrayer la propagation de l’épidémie.

Quarantaine ou cordon sanitaire, quelle différence?

La mise en quarantaine signifie l’isolement temporaire imposé aux personnes des pays atteints de maladies infectieuses. Quant au cordon sanitaire, il comprend la mise en place de points d’observation, pour prévenir et réguler la sortie et l’entrée des zones touchées par l’épidémie. C’est ce qui s’est passé en Chine, avec un cordon sanitaire imposé à Wuhan, pour freiner la propagation de Covid-19.

L’apparition de la mise en quarantaine dans l’Histoire

La durée de la quarantaine est de 40 jours, d’où la terminologie utilisée en langue française. Les premières mesures d’isolement imposées pour les navires en provenance de régions frappées par la peste aux XIVe et XVe siècles, par crainte de son extension, ont été enregistrées à Dubrovnik en Croatie en 1377 et à Venise en Italie en 1423.

Les installations qui recevaient les équipages de l’épidémie s’appelaient «Lazareto», en référence à  «Santa Maria de Nazaret» (Sainte-Marie de Nazareth), situé dans le golfe de Venise où ces navires accostaient. Par la suite, des opérations de mise en quarantaine ont été effectuées à plusieurs reprises en Europe, comme cela s’est produit avec la propagation de l’épidémie mondiale de choléra dans les années 1830.

L’apparition du cordon sanitaire dans l’Histoire

Le terme «cordon sanitaire» est né en France au XIXe siècle, lorsque Paris a envoyé 30 000 soldats pour fermer la frontière avec l’Espagne afin de prévenir la propagation de l’épidémie de fièvre jaune.

Cependant, même avant cette date, des barrières sanitaires ont parfois été établies pour lutter contre la propagation de la peste par exemple.

Tom Solomon, directeur de l’Institut des maladies infectieuses et de la santé publique de l’Université de Liverpool évoque le fameux cordon en 1665 d’un village en Angleterre, après l’apparition d’une peste.

Dans le sud-est de la France, le «mur de la peste» a été élevé le long d’un tronçon de 27 km afin de protéger la province de l’épidémie qui la tuait, à l’époque, à Marseille et en Provence.

Des mesures efficaces ?

Selon Solomon, les restrictions de mouvement peuvent provoquer la panique et inciter de nombreuses personnes à fuir à tout prix.

Ces mêmes mouvements peuvent également conduire à de graves troubles sociaux, comme cela s’est produit à Bombay à la fin du XIXe siècle, car les hommes et les femmes ont été contraints de se rétablir sans tenir compte de leur classe sociale, explique Patrick Zilberman. «La quarantaine n’est absolument pas une solution. Le problème, c’est que très souvent, comme c’est le cas aujourd’hui, il n’y a pas de moyen préventif, il n’y a pas de traitement. Les autorités ne savent pas comment réagir, alors pour avoir l’impression de faire quelque chose, on organise des quarantaines. Mettre des clôtures, c’est encore ce qu’il y a de plus facile» Explique-t-il à France Culture

Plus récemment, la propagation du SRAS en 2003 a provoqué des émeutes et des manifestations dans des régions chinoises, après l’imposition d’une quarantaine par la force, comme l’explique cet historien dans son article « Tempêtes bactériennes ».

Vendredi, un haut responsable chinois a annoncé que la province du Hubei, en Chine centrale, à partir de laquelle Covid-19 a été lancée, pourrait rouvrir un mois après sa fermeture pour faire face à la maladie.

D’après AFP