Nous étions habitués à trouver les imitations (plus ou moins réussies) des marques de luxe étrangères, dans certaines échoppes des souks ou autres. Mais les réseaux de distribution sont aujourd’hui plus larges et sans limite de frontière grâce au commerce en ligne.
L’émergence et la réussite de jeunes créateurs tunisiens, qui remettent au goût du jour et à la mode les traditions vestimentaires tunisiennes, a suscité l’envie de plagiat de la part de certaines personnes mal intentionnées en Tunisie.

Nadia, créatrice et gérante de la marque Rose mandarine, en a fait la triste expérience. Voici plus de quatre ans que Rose mandarine a créé son Chanard : Chanard, c’est le doudou fétiche, emblématique de la marque issu d’un mix entre un chat et un renard. Tant les petits que les grands l’ont adopté. De peluche, doudou, il a été décliné dans de nombreux produits Rose Mandarine dont les tee-shirts, sweat-shirts et autres.
Rose mandarine a reçu des messages de signalement de ses clients et abonnés pour l’informer que ses tee-shirts avaient été copiés dans leur intégralité : le Chanard, dans sa version tounsi avec sa chechia et son pompon et dans sa version mama avec sa takrita nouée également.  Des créations qui ont nécessité des heures de travail, de dessin, de réflexion, d’essais et de mise au point dans les ateliers, se retrouvent tout simplement copiées et vendues « au détail ou en gros » …

Oui en gros, alors que Nadia, la créatrice de Rose Madarine a fait le choix de ne travailler qu’avec des petites structures, des artisans et ateliers locaux. Parfois, elle peine même à alimenter sa boutique de La Marsa.
Les personnes qui actuellement vendent ces copies se soucient peu de l’artisanat, ne le respectent pas, elles n’ont pas de respect pour le travail des autres et ce qu’elles font s’appelle tout simplement du vol.

Est-ce la rançon du succès pour cette marque qui s’est imposée depuis quelques années, avec une signature qui exprime parfaitement la démarche de Nadia : « made in Tunisia with love »? Rose mandarine, qui dépose tous ces modèles avant leur commercialisation, a reçu de nombreux messages de soutien d’abonnés, de clients, et collabore avec un cabinet d’avocats afin que ces abus ne deviennent pas monnaie courante.