[Photos] Foire Internationale du Livre

0
586

14h00 passées, 20° à l’ombre, il fait beau sur Tunis. L’heure est aux sorties aux parcs ou autres activités en plein air quand on n’est pas contraint d’être au bureau. Pourtant, ils sont nombreux ceux qui ont choisi d’arpenter les couloirs du Parc des Expositions du Kram et de préférer feuilleter les pages de livres exposés à un farniente en terrasse de café.   

Qu’il est bon de revoir le public tunisien affluer à la foire internationale du livre. Dans sa 32ème édition, qui a démarré vendredi 25 mars et se poursuit jusqu’au dimanche 3 avril, enfants, jeunes, adolescents, adultes etc. tous étaient au rendez-vous. Pas de distinction d’âge, pas de distinction de genre, le livre c’est pour tous.

A l’extérieur, une performance de danse se met en place : « Racines » de Slim Ben Safia et Hamdi Dridi, un spectacle gratuit pour tous les amateurs de danse contemporaine. A l’intérieur du Parc des Expositions, sécurisé pour l’occasion, de nombreux exposants Tunisiens et étrangers. En guest star, la France par le biais du stand de l’Institut Français de Tunisie, propose un débat aux lycéens et une rencontre jeunesse avec Claire Ubac. Ailleurs, les maisons d’édition proposent jusqu’à 50% de réduction. L’occasion pour de nombreux élèves et étudiants de faire le plein à petit budget.

IMG_9942

IMG_9946

IMG_9950

IMG_9951

IMG_9955

IMG_9959

IMG_9960

IMG_9962

IMG_9965

IMG_9966

IMG_9967

IMG_9970

IMG_9979

Le Tunisien, le livre et les chiffres

Les chiffres disent que 70% des Tunisiens achètent leurs livres lors de la foire. Et on comprend pourquoi. Le livre est encore cher en Tunisie, voici une réalité que nous réfutons. Autre réalité triste : les librairies se comptent sur le bout des doigts. Il est donc normal que les visiteurs/passionnés cherchent à trouver le plus grand nombre de livre dans un même endroit.

Mais la réalité la plus triste reste celle de la relation ami/ennemi qu’entretient le Tunisien avec le livre. Quand on sait que le Tunisien lit en moyenne près de 3 minutes par an et que  79% des Tunisiens ne possèdent pas de livres à la maison en dehors des journaux, magazines, livres scolaires et le Coran, on se pose tout de même une question : Cette affluence des jeunes à la foire du livre les 3 dernières années augure elle d’un changement dans le rapport livre-tunisien ?