Personnalité hystérique : théâtralisme, séduction et chantage affectif

0
11581

Les personnalités histrioniques font partie des formes de névrose les plus répandues en Tunisie. Loi de l’image d’une personne en train de crier après avoir perdu les pédales, la personnalité hystériques se veut théâtrale, manipulatrice et séductrice en société. Son couple ne fait pas mieux. Explications.

La personnalité histrionique : au centre de toutes les attentions !

En Tunisie, la personnalité hystérique -ou histrionique- est sans doute l’une des formes de névrose les plus répandues. Ce trouble de la personnalité, qui a permis à Freud d’inventer la psychanalyse, pousse à être au centre de toutes les attentions. Pour y arriver, la personnalité histrionique se met en scène. On parle alors de théâtralisme car elle surjoue, exagère -en riant aux éclats, par exemple- ou dramatise une situation. Son « spectacle » passe à travers une hyper expressivité émotionnelle qui peut parfois se finir en évanouissement. Le physique devient donc son moyen d’expression par excellence. La personnalité histrionique a un souci de plaire physiquement, ce qui l’amène parfois à dépasser certaines limites. Elle est constamment dans la séduction et la provocation, aussi bien comportementale (gestes, attitude) que physique (contacts physiques, vêtements). C’est du vrai théâtre.

Comment est une personnalité histrionique dans le couple ?

Une personnalité hystérique va « mettre le paquet » pour séduire son/sa futur(e) partenaire. Quand elle commence à fréquenter quelqu’un, elle s’investit énormément et fait croire que leur relation est du domaine du miracle ou de la rêverie. En réalité, une personnalité histrionique ne s’investit pas vraiment dans une relation amoureuse et refuse de s’investir dans quoi que ce soit. Elle fuit absolument tout et ne se dévoile pas, ne se confie pas. Sa sexualité reste également un désert. Elle en est presque dégoûtée, ce qui peut l’amener à multiplier les exigences, excuses et manipulations pour éviter les relations sexuelles. Un vrai contraste, donc, avec l’image de séducteur/séductrice qu’elle dégage en public !

Ce qu’il faut absolument retenir, c’est que l’histrionique cherche l’amour et l’attention. Elle désire être objet d’amour et se cherche constamment un maître. Mais aussitôt trouvé, il devient menace et objet de manipulation. Ce dernier, s’octroyant le droit d’accéder à la sphère intime de l’hystérique, signe en même temps la fin de son règne. L’histrionique le tient à distance mais en même temps craint de le perdre, c’est pour cela que ses comportements semblent souvent aller dans le sens contraire de ce qu’elle dit. Elle dit vouloir rompre, divorcer, s’éloigner mais contre toutes expectatives, elle n’en fait rien ; bien au contraire, elle semble s’investir à maintenir son équilibre instable toujours par sa voie de prédilection, la séduction et le chantage affectif. L’histrionique contrôle dans la séduction et dans le rejet, chose qui consolide quelque part son narcissisme ébréché. S’il sent que son conjoint le délaisse, il peut succomber facilement à d’autres personnes qui seront sensibles à son charme.

L’avis du psychiatre et sexologue Mohamed Ali Ben Mustapha

Le trouble de la personnalité histrionique est largement répandu sous nos cieux et est particulièrement fréquent chez les femmes. Plusieurs théories psychanalytiques ont été avancées pour en expliquer l’origine. La première était celle d’un traumatisme de nature sexuelle survenu dans l’enfance, ou une séduction de la part d’un adulte, réelle ou fantasmée. Actuellement on considère qu’il s’agit plus généralement d’un blocage dans la résolution du complexe d’œdipe, avec des difficultés d’identification à la mère et un refus de détachement du père. Dans ces conditions, le désir sexuel représente une satisfaction incestueuse interdite. L’hystérique va dont perpétuellement chercher à être aimée d’un autre parfait, qui renvoie une image parentale idéalisée, tout en se heurtant continuellement à la déception, et en mettant le partenaire dans une situation d’échec.

Sur le plan du couple, le mode relationnel de l’hystérique est souvent imprégné d’immaturité, d’inauthenticité, d’égocentrisme et de dépendance. La multiplicité et l’intensité apparentes des relations amoureuses cachent en effet un grand inconfort avec la sexualité. L’hystérique en couple souffre souvent de troubles du désir et du plaisir sexuels, avec parfois un évitement phobique, un vaginisme chez la femme, ou des troubles de l’érection chez l’homme, pouvant conduire jusqu’au mariage non consommé.

La prise en charge commence par une réflexion sur soi et sur la place du partenaire, une distinction entre amour, désir et séduction et un encouragement à une expression de sentiments sincères et authentiques.