On a testé les galettes des rois de 2020 à Tunis

0
277

À la rédaction de FDT, les bonnes résolutions « healthy » de 2020 tardent à être prises. Quelques jours à peine après les délices des fêtes de fin d’année, rebelote avec le dessert incontournable du mois de janvier : la galette des rois. Traditionnellement consommée —en France, en Suisse, en Belgique ou encore au Liban— 12 jours après Noël pour fêter la visite des 3 mages, elle s’est aujourd’hui affranchie de son symbolisme religieux. Elle est donc très présente depuis quelques années dans les boulangeries et pâtisseries tunisiennes, mais reste souvent bâclée dans sa « version » frangipane : pas assez d’amandes, une pâte beaucoup trop feuilletée, un ajout inutile d’amande amère, un visuel désastreux, etc.

Selon les régions, ce dessert est décliné en deux versions, la brioche ou la galette, mais c’est cette dernière que l’en retrouve majoritairement en Tunisie. Pour le cru 2020, nous avons ainsi testé les galettes individuelles proposées à Tunis, en jugeant les saveurs, la texture ou encore la présentation. Vous allez voir que la différence peut être flagrante d’un établissement à l’autre… Notons tout de même la difficulté d’une part de réaliser une galette traditionnelle (pâte feuilletée, décoration) et d’autre celle de le faire en tout petit format, ce qui peut parfois faire considérablement varier les textures et les saveurs.

Chopain

Si l’on tient à avoir une galette traditionnelle avec une pâte feuilletée fine et légère, ce n’est pas chez Chopain qu’il faudra aller. Même si le côté feuilleté est présent, celui-ci est surmonté d’une croûte beaucoup trop épaisse dont la décoration laisse à désirer. Côté saveurs, la frangipane (crème d’amandes + crème pâtissière) est un peu sèche, visiblement mélangée à autre chose que de l’amande (noisettes ?) et avec un petit peu trop d’amande amère. Dispensable.

Bouche B

Depuis 2-3 ans, la pâtisserie Bouche B s’est rapidement fait connaître grâce à ses petits salés et ses pâtisseries. Nous avons donc décidé de tester cette année sa galette des rois et nous n’avons pas été déçus ! À l’extérieur brillante et joliment décorée, elle est à la fois croustillante et moelleuse à l’intérieur. L’ensemble est très bon, même si l’on aurait aimé un tout petit peu moins d’amande amère.

Palet Royal VS Eric Kayser

Visuel : désastreux pour les deux. On ne comprend pas comment une telle chose peut être proposée à la vente dans un monde -de pâtisserie et d’Instagram- où le visuel est fondamental. Même pour cacher ses « erreurs », Palet Royal ne s’en sort pas mieux avec son sachet de boulangerie. Match nul.

À gauche Palet Royal, à droite Eric Kayser

Goût et texture : le choc du visuel passé, vient ensuite le goût. D’un côté, la galette de Palet Royal est raffinée mais contient un peu trop d’amande amère à notre goût ; de l’autre, celle d’Eric Kayser qui mériterait un tout de petit peu plus d’âme mais qui reste plus généreux en frangipane que son concurrent. On préfère néanmoins la galette de Palet Royal pour son côté beurré et gourmand.

Gourmandise VS Frédéric Cassel

En haut, Frédéric Cassel ; en bas, Maison Gourmandise
En haut, Frédéric Cassel ; en bas, Maison Gourmandise
À gauche, Frédéric Cassel ; à droite, Maison Gourmandise
À gauche, Frédéric Cassel ; à droite, Maison Gourmandise

Visuel : cette fois, pas de problème d’éclatement ni de boursouflure. Le problème est que la galette de Gourmandise ressemble plus à un pâte au fromage qu’à une galette des rois et c’est bien dommage. La décoration par-dessus est quasi-absente et ne ressemble en rien à celle du Français Frédéric Cassel qui la dépasse de très loin et qui ajoute à cela une couleur dorée des plus attirantes.

Goût et texture :

Galette de la Maison Gourmandise
Galette de la Maison Gourmandise
Galette de Frédéric Cassel
Galette de Frédéric Cassel
Galette de la Maison Gourmandise
Galette de la Maison Gourmandise

Contrairement au terrible backlash subi par l’enseigne tunisienne, la galette de la Maison Gourmandise s’en sort très bien -si l’on fait l’impasse sur le visuel. Celle de Frédéric Cassel est plus gourmande mais l’arrière-goût de l’amande amère gâche un tout petit peu l’ensemble. L’excellente pâte feuilletée croustillante, fine et bien beurrée du pâtissier français lui permet de gagner ce duel.

Magenta

Née il y a une décennie, Magenta a tenu, cette année, à jouer la carte de l’originalité en proposant, outre la frangipane, deux galettes version 2020 (une pistache-framboise et une autre chocolat-noisettes) auxquelles nous avons goûté. Un très joli visuel bien décoré et doré pour la première, un côté bombé brillant aux différentes nuances pour la seconde ; un mélange chocolat noisette intense pour l’un, une alliance acido-gourmande pour l’autre ; une pâte feuilletée fine croustillante : la pâtisserie tunisienne offre ici une version très gourmande de la galette qui nous change de l’éternelle classique frangipane. Une totale réussite.