Nour Guiga, la Tunisienne qui nous réconcilie avec notre corps

0
3417

Nour Guiga fait partie des rares mannequins de la nouvelle génération à percer à l’étranger. Gagnante du concours Elite Model Look Tunisie à l’âge de 17 ans, elle a défilé lors de la fashion week de Paris en 2016 et est apparue dans de nombreux magazines et campagnes publicitaires.

Aujourd’hui, la Tunisienne, qui a fait des études de journalisme à Paris, habite à Los Angeles où elle a signé avec Natural Models, une agence de mannequins qui prône la diversité corporelle. 

Mais celle qui a à son actif 10 ans de modeling, peut surtout se targuer d’être une vraie source d’inspiration pour beaucoup de femmes. En effet, la jeune tunisienne de 25 ans partage sur son compte Instagram des textes féministes mais aussi body positive.

Des tabous de notre société, en passant par l’acceptation de soi, voici 4 publications les plus inspirantes de Nour Guiga. 

« […]Comment faire face à la haine et au body shaming ?
1) Ça fait mal mais vous ne pouvez pas le prendre personnellement. Parfois, je me demande pourquoi certaines personnes me détestent tant sans jamais me connaître. Mais la réalité est que… ils ne le font pas. Ils se détestent. Très souvent, les choses que vous dites que vous détestez chez quelqu’un sont celles que vous détestez chez vous-même.
Alors pourquoi je le prendrais personnellement alors qu’ils ne me connaissent même pas ?

2) Culture et éducation.
La société dicte une tonne de règles sur la façon dont tu dois te comporter en tant que femme. Au lycée, je les ai appris très vite :
13 ans, je n’ai jamais embrassé un garçon et pourtant j’étais une pute. C’était ma réputation à 13 ans simplement parce que ma meilleure amie à l’époque avait déjà des relations sexuelles avec des garçons.
-La honte par association.
Quelques années plus tard, quand j’ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mon petit ami, j’ai été harcelée par un « bon ami » à moi pour savoir si « je l’avais fait ». J’avais tellement peur de ce que les gens diraient que j’ai menti.

Plus tard, j’ai entendu dire que mon petit ami parlait de ce que j’aimais au lit, les gens en ont ri.
M’humilier parce que j’aime le sexe.

Aussi les  » codes « comme : Les poils du corps sont dégoûtants. Je croyais aussi que c’était dégoûtant ! Aisselles, jambes, moustaches, poils pubiens…. EW ![…].

Pourquoi est-ce si dégoûtant pour une femme d’avoir des poils pubiens ? […] pourquoi suis-je censé avoir un vagin d’une fillette de 6 ans sans poils, quand je suis une femme adulte ?

Ce que je veux dire, c’est que tant qu’il y aura des tabous, il y aura de la honte. Alors s’il vous plaît, toutes les femmes et tous les hommes qui me suivent, brisons le cycle ! »