Mon mari n'est pas le père biologique de mon enfant!

0
9698

Je sais ce que vous allez dire: «Encore une qui a trompé son mari…», mais ce n’est pas si simple. J’ai toujours voulu avoir des enfants avant mes 30 ans et je m’étais fixé l’âge de 32 ans comme toute dernière limite.

Selim, mon mari, est commercial dans une grande société d’import-export et voyage donc très souvent: il prend l’avion au minimum une fois par mois pour des séjours d’une semaine. Bien évidemment, ce n’est pas une nouveauté et depuis nos 7 ans de mariage, je m’y suis en quelque sorte habituée. Seulement, nous essayons depuis 2 ans de faire un bébé, en vain. Je suis tombée enceinte il y a un peu moins d’un an mais j’ai fait une fausse couche au cours du 2ème mois. Nous avons tous les deux été très affectés, Selim était si heureux à l’idée de devenir père!

Après cela, il nous a fallu un peu de temps pour recommencer les tentatives, mais elles se soldaient toujours par un échec. Les mois défilaient et la colère prenait de plus en plus de place dans nos cœurs. Les reproches fusaient des deux côtés: Selim me critiquait sans cesse tandis que je l’accusais d’être trop souvent absent.

Un jour, nous avons décidé de faire des tests. Le gynécologue était catégorique: la machine fonctionnait très bien, le problème se situait ailleurs. A trop désirer cet enfant, nous en avons fait une obsession et c’est finalement cette crainte de l’échec qui freinait son arrivée. Pour résumer, nous devions nous détendre et focaliser notre attention sur d’autres objectifs. Qu’à cela ne tienne, j’ai toujours aimé dessiner, je me suis donc inscrite à un cours de peinture. J’y ai rencontré de nouvelles personnes et surtout le père de mon enfant. Je tiens à préciser que ce n’était pas prémédité, j’aime mon mari et je n’ai jamais eu de penchant pour l’infidélité.

Skander est entré dans ma vie au bon moment. Sa bonne humeur et son grand sens de l’humour m’ont apporté la légèreté dont j’avais tant besoin à l’époque. Nous nous sommes tout de suite très bien entendus et après quelques semaines, nous avons commencé à nous voir en dehors des cours de peinture, autour d’un verre. Je ne sais pas comment c’est arrivé, mais le fait est que nous avons dépassé la limite. C’était l’unique fois car je me suis sentie affreusement mal après. Je n’ai plus jamais revu Skander et j’ai cessé de me rendre aux cours de peinture.

 

Bien décidée à redevenir une épouse exemplaire, j’ai très vite tiré un trait sur cette petite incartade pour me concentrer à nouveau sur mon couple. Sauf que trois semaines plus tard, la vie m’a rappelée brusquement à l’ordre en dessinant deux barres sur mon test de grossesse. Après deux années de vaines tentatives, c’est l’histoire d’une nuit qui a fait basculer ma vie!

Je ne savais pas quoi faire, est-ce que je devais avorter et mon mari n’en aurait jamais rien su ou est-ce que je devais le garder? On avait tellement souffert de cette absence et à présent il était bel et bien là, dans mon ventre… Il m’a fallu quelques jours et plusieurs insomnies pour finalement ma décision. J’ai gardé le bébé sans rien dire à mon mari. Après tout, ne pas dire la vérité n’est pas aussi grave que de mentir délibérément.

Selim était complètement fou de joie à l’annonce de ma grossesse. D’ailleurs, il a été incroyable pendant les 9 mois! Il s’est parfaitement occupé de moi, me ménageait pour tout. Tout allait bien entre nous, plus aucune dispute, que de la tendresse et de l’amour. C’était comme une redécouverte, comme si nous commencions une nouvelle relation.

Nous avons eu une petite fille que nous avons prénommée Noura. Elle nous remplit de bonheur au quotidien et fait notre fierté. Toute la famille lui reconnaît quelques traits de Selim, surtout le nez et les bonnes grosses joues.

Je dois avouer que par moments, j’ai envie de tout révéler à Selim, lui dire que cet enfant n’est pas le sien mais qu’on ne pourrait rêver d’un meilleur père. J’ai tellement peur de le perdre que je préfère garder le silence. Je sais qu’un jour, peut-être, il s’en rendra compte, si en grandissant Noura prend davantage l’apparence de son père biologique. Mais pour le moment, je préfère préserver ce bonheur et tout cet amour qu’elle lui apporte. Et si je pouvais revenir à cette fameuse soirée où tout a basculé, je ne changerais strictement rien parce que Noura a donné un sens à nos vies.

]]>