Mincir : les solutions quand on pense avoir tout essayé par le Dr Jihane Ben Hadid

0
1875

J’ai beau me priver de nourriture je ne décolle pas

En fait, nous dit Pierre Azam, moins on mange, moins on a de marge de manœuvre. Il faut prendre le problème à l’envers: pour mincir, il faut manger. Pas du light, mais du solide, des aliments constructeurs. En effet, à ne se nourrir que de salade, on flambe ses muscles: pas de quoi déclencher une fonte massive des capitons. 

Il faut absolument nourrir sa masse maigre et quoiqu’il arrive, il ne faut pas jouer à saute-repas. Il faut consommer au moins 1 à 2g de protéines par kg de poids: 100 g de viande ou de volaille, 120g de poisson, 2 œufs, 4 yaourts ou 250g de fromage blanc contiennent chacun 20g de protéines animales.

Je craque tout de suite

Comme expliqué plus haut, pas besoin de s’affamer pour maigrir. On ne maigrit pas comme on arrête de fumer. Dans la majorité des cas, il suffit de réduire son addition calorique de 300 calories par jour pour arriver à une perte de 4kg par mois. 300 calories, c’est un chausson aux pommes, 100g de cacahuètes, 1 part de pizza. Il suffit donc de quelques ajustements par-ci par-là sans pour autant se frustrer ou s’imposer un régime de famine.

Pour les grosses mangeuses, nous leur conseillons souvent un régime d’homme, avec féculents à tous les repas: elles n’en reviennent pas de perdre du poids en mangeant des pâtes et du riz. Il suffit d’enlever du fromage ici, du Coca là. Si on consomme trop d’aliments à fort index glycémique, on entre dans le cercle vicieux de l’hypoglycémie, du coup de pompe et de la fringale. Aussi, mieux vaut privilégier concombres, courgettes, salades, lentilles, pâtes et limiter petits pois, carottes, riz blanc, pommes de terre, pain, céréales et jus de fruits.

Je perds mes seins, pas mes fesses

Joues creuses, soutien-gorge qui flotte, alors que fesses et cuisses restent «zone interdite»: au-delà de la ceinture, vous ne maigrirez plus! C’est une question de prédisposition génétique. Les hormones sensées déclencher la mobilisation de nos réserves graisseuses peuvent, en fonction des récepteurs qu’elles rencontrent, avoir des effets diamétralement opposés (Dr Max Lafontan, directeur de recherche à l’Inserm). Les bêtarécepteurs activent le «dégel» des capitons, les alpha, qui ont une prédilection pour les hanches et les fesses féminines, verrouillent les comptes épargnes. Donc, si on est «alpha réceptrice» inutile de rêver, il est exclu d’avoir des cuisses de mouche.

Cela dit, avec un régime équilibré en protéines et sucres lents, on finit par grignoter des centimètres. Et on peut perdre une taille ou deux de pantalon. Souvent y est associé un mauvais drainage du bas du corps. On conseille de faire du sport pour relancer la pompe veineuse, d’utilisant des phlébotoniques et des produits drainants, ainsi que des séances de drainage lymphatique.

Malgré le sport, je reste grosse

Avec deux heures de gym par semaine et une heure de musculation, vous êtes plus ferme, plus souple mais vous n’arrivez pas à vous débarrasser de vos bourrelets et pour les fesses… c’est peine perdue. Si on veut faire du sport de façon rentable, il faut miser sur la durée, pas sur la difficulté: 45 à 60 minutes de marche, de natation… quatre à cinq fois par semaine.

J’ai maigri avec un régime protéiné, mais j’ai tout repris

Selon Pierre Azam, on se contente avec ce régime de traiter un déséquilibre par un autre déséquilibre. Et rien n’est gagné le jour où on a minci, au contraire, c’est là que tout commence. L’après régime se gère sur au moins un an, sinon c’est l’effet rebond garanti. En plus, le corps puisant plus dans ses propres réserves que dans les protéines alimentaires, on y laisse du muscle. Une femme qui perd 5 kg en huit jours avec une diète protéique s’est en réalité délestée de 3,5 kg d’eau, 1 kg de graisse et 500 gr de protéines. 

Je suis en surpoids, mais je n’arrive pas à m’y mettre

Tous les matins, vous vous dites qu’aujourd’hui vous vous y mettez, mais à midi, vous craquez. Manger est votre exutoire, votre façon de vous rassurer, de vous sentir en vie. Et vos kilos sur les hanches, c’est de la graisse de bonheur, de gratins de pâtes et de gâteaux à la crème. Vous ne supportez pas la frustration des régimes.

Entre un «il faudrait» et un «je veux», il y a un monde. Mis à part la pression de la société, nombre de femmes ne chercheraient pas tant que ça à maigrir. Donc, inutile d’entamer des régimes que vous allez rapidement laisser tomber si ces kilos ne vous gênent pas. Il faut alors se poser la bonne question: est-ce que vous avez vraiment envie de maigrir? Pour vous tester, nous vous conseillons de faire la liste des cinq raisons de vous mettre au régime et des cinq raisons de ne pas le faire. Peser le pour et le contre: si ce dernier l’emporte, rien n’oblige à ressembler à une sauterelle. Un régime, c’est une question de timing: on ne maigrit bien que lorsqu’on le veut bien!

En conclusion: Quelle que soit l’origine de votre problème, restez patiente. Pour mincir et rester mince, il faut la plupart du temps s’y prendre à plusieurs fois. La solution qui vous conviendra n’est pas forcément celle qui a fonctionné pour un proche. Il est donc important d’essayer différentes approches et de regarder les résultats obtenus. Vous finirez forcément par trouver votre voie. Enfin, apprenez à relativiser. Le poids ne fait pas tout dans la vie… Même si perdre des kilos peut vous aider, il existe aussi de nombreux moyens de se sentir bien dans sa peau. 

Par Docteur Jihane Ben Hadid 

]]>