Ménopause précoce : ce qu’il faut savoir

0
216

Signe de la fin de la période de fertilité chez la femme, la ménopause est liée au processus de vieillissement. Elle se produit généralement après l’âge de 40 ans. Seulement, il arrive que des femmes soient ménopausées bien avant cet âge; on parle alors de ménopause précoce, appelée également insuffisance ovarienne prématurée.

Ayant les mêmes symptômes et les mêmes conséquences, la ménopause précoce frappe 1 % des femmes. Elle est difficile à vivre au niveau physique et psychique. Cependant, il existe un traitement adapté pour adoucir les désagréments de cette pathologie.

Qu’est-ce que la ménopause?

Scientifiquement, la ménopause précoce marque l’épuisement prématuré des follicules capables de créer l’ovule. En chiffre, au cours de la puberté, une femme possède 500.000 follicules et sur ces 500.000 follicules, seuls 400 seront réellement fécondables au cours de la vie d’une femme. A chaque cycle, un seul sur une quantité importante de follicules va se développer et les restes disparaîtront. D’où un épuisement inévitable de ces follicules.

Les causes : 

Malheureusement, dans 80 % des cas, l’origine de l’insuffisance ovarienne prématurée est indéterminée.Souvent révélée après l’arrêt de la pilule-qui camoufle l’absence de règles-, la ménopause précoce peut cependant être liée à: 

-Un facteur héréditaire 

-Des maladies auto-immunes : quand les anticorps détruisent les ovaires de la femme.

-En cas d’infections qui affectent les ovaires.

-Suite à une chimiothérapie et/ ou radiothérapie

-Le tabagisme.

-L’anorexie mentale.

Les symptômes : 

– Règles irrégulières

-Bouffées de chaleur

-Des sueurs nocturnes

-L’insomnie

-Une prise de poids

-Une sécheresse vaginale

-Une baisse de la libido  .

Les traitements

-Un traitement hormonal substitutif existe, lequel permet de conserver les os et les artères en bon état et de préserver la sexualité et d’ainsi atténuer les symptômes jusqu’à l’âge ordinaire de la ménopause.

Pour la grossesse, il existe des solutions adaptées car malgré une ménopause précoce, certaines femmes tombent enceintes. Un suivi chez le gynécologue permettrait de mieux gérer cette transition et d’éviter également les risques d’ostéoporose ou d’autres maladies.

-Une bonne hygiène de vie peut minimiser les symptômes :

Une alimentation saine avec des produits de laitages (pour compenser le manque de calcium), des fruits riches en vitamine D, des légumes, de la viande maigre (comme les volailles)… Par contre, il est conseillé d’éviter les aliments gras, le tabac et l’alcool. Adopter une vie saine avec une activité physique régulière (la marche, le vélo…), et toute forme d’activité relaxante.

Témoignage

« C’est lorsque j’ai arrêté de prendre la pilule et que mes règles ne revenaient pas que j’ai commencé à m’inquiéter. Je n’avais pas de rapports sexuels depuis longtemps. La possibilité d’être enceinte était donc exclue. J’ai décidé d’en parler à mon médecin. Après une prise de sang et des analyses, le verdict est tombé: j’étais ménopausée. J’avais bien eu quelques bouffées de chaleur mais je ne pouvais pas imaginer que c’était la ménopause. J’avais à peine 29 ans. Le médecin m’a prescrit des hormones de substitution pour éviter les effets secondaires de la ménopause précoce. Psychologiquement, je l’ai très mal vécu, mes perceptions d’avenir avaient changé et j’avais du mal à l’accepter. Je suis passée par une grosse dépression.

Au bout d’un certain temps, j’ai fini par avoir le courage d’aller consulter un psychologue. Ça m’a fait vraiment du bien de vider mon sac et d’accepter mon état. Depuis, j’ai rencontré un homme avec qui je suis aujourd’hui mariée et on pense à l’adoption. » Najet, 34 ans