« Maak Enta », la campagne de lutte contre les violences qui implique les hommes

0
607

La lutte contre la violence faite aux femmes se poursuit, notamment avec la société civile qui enchaîne les actions de sensibilisation et de mobilisation. La dernière en date étant celle de l’Association Femme et Citoyenneté (AFC) en partenariat avec la Fondation espagnole CIDEAL.

« Maak Enta » est le titre de la campagne de sensibilisation locale inédite en Tunisie. 15 jours d’action au Kef pour allier les hommes à la cause, celle de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Si de grandes avancées ont été effectuées dans la lutte contre ce fléau, sur le plan politique et législatif, le travail de prévention et de sensibilisation doit se poursuivre sur terrain.

C’est dans cet objectif que la campagne « Maak Enta » a été mise en place.

Parce que les violences faites aux femmes ont touché près de la moitié des Tunisiennes selon le rapport de l’enquête nationale sur la violence à l’égard des femmes en Tunisie menée par l’ONFP.

Parce que les violences dont les femmes et les filles font  l’objet dans la sphère privée et dans  l’espace public sont trop souvent banalisées et acceptées par notre société ;

Parce que les mécanismes sexistes, sources de ces violences, sont intériorisés dès le plus jeune âge. Et parce que, dans la majorité des cas, les agresseurs sont des hommes éduqués dans le droit à la violence et à la domination.

L’association Femme et Citoyenneté a choisi de s’adresser aux hommes, à ceux qui s’opposent à ces pratiques et qui, par le pouvoir de décision qui leur est attribué, peuvent devenir des alliés et jouer un rôle important  dans la lutte contre les violences faites aux femmes et faire évoluer les modèles comportementaux et les mentalités.

Vidéo de sensibilisation « ماتكونش الدروج »  

Des affiches ont été conçues, ainsi que des vidéos de sensibilisation, relayées massivement sur les réseaux sociaux.

Rappelons que La Tunisie a connu récemment des avancées significatives dans la réponse aux violences faites aux femmes à travers le vote par l’Assemblée des Représentant-e-s du Peuple de la loi organique 58-2017 relative à l’élimination des violences faites aux femmes et aux filles. Par ailleurs, les cinq Ministères, de la Justice, de l’Intérieur, de la Santé, des Affaires sociales et des Affaires de la Femme et de la Famille  se sont également engagés par une convention intersectorielle signée le 15 janvier 2018 à unir leurs efforts pour une meilleure prise en charge des femmes victimes. Cependant, un travail intensif de prévention doit être mené pour lutter contre ce fléau.