La rumeur circule depuis quelques heures-voir quelques jours- : scientifiquement prouvé, le troisième lundi du mois de janvier est décrété le jour le plus déprimant de l’année. On ne sait pas si c’est vrai pour vous ou pas, mais à la rédaction, certains ont même affiché le drapeau noir, signe de « ne me parle pas, ne m’approche pas ». Grrrrr…..

Non, il ne fait pas beau. Il fait 6°C en ce moment même, ressenti 2°C (Et encore, il fait 2 degrés de moins au nord). Il pleut, il vente et pour la plus part d’entre nous, on traîne un rhume ou une grippe qui, au mieux nous colle au lit, au pire nous empêche de bien travailler lorsqu’on est quand même obligé d’aller au bureau.

Le troisième lundi du mois de janvier, les comptes en banque sont quasi-vides, et les poches aussi.

Le troisième lundi du mois de janvier, on a déjà foiré –presque- toutes nos résolutions et on se sent coupable.

Le troisième lundi du mois, on prend conscience, que cette année, nous n’avons pas fêté le sixième anniversaire de la révolution, mais plutôt le sixième anniversaire du non achèvement du processus démocratique…et accessoirement de l’échec du parti en tête à gérer ses problèmes internes.

Et puis pour finir, on prend conscience que pour 2018, toutes les fêtes nationales tomberont soit un samedi, soit un dimanche.

Effectivement présenté comme ça, il y a de quoi déprimer dès dimanche soir. Mais pourquoi ce lundi 16 janvier et pas un autre jour ? Cette histoire de « Blue Monday » serait-elle une réalité plutôt qu’un mythe ?

L’étude faite par Cliff Arnal

Ce n’est pas Cliff Arnal, un psychologue de l’université de Cardiff, qui va nous contredire. D’après ses calculs, c’est réellement le troisième lundi de janvier que se conjuguent plusieurs facteurs particulièrement déprimants : fin du week-end et début de semaine –un classique de la petite déprime hein- , températures glaciales, manque de soleil, dettes de fêtes fin d’année à rattraper- en l’occurrence le Mouled et le réveillon-, sentiment que la paie est encore loin, pas de congés avant quelque temps, résolutions foirées etc. Le professeur Cliff Arnal a tout résumé. Il existe même une équation qui explique pourquoi le « Blue Monday » tombe ce lundi.

bleu-monday

L’équation qui prouve que le troisième lundi du mois de janvier est le jour le plus déprimant de l’année.

W=Weather (Météo)/ D-d=Différence des dettes contractées durant les fêtes de fin d’année/ T=Time (Temps)/ Q= le temps écoulé depuis nos résolutions du Nouvel An/ M= le manque de motivation/ Na=notre « besoin d’agir »

Mythe, réalité… ou coup de pub ?

Si tout porte à croire qu’aujourd’hui est vraiment  le jour le plus déprimant de l’année, et qu’il est grand temps de penser à sortir de cette morosité ambiante, en faisant une recherche poussée, on peut connaître la vraie origine de cette étude.

Car il semblerait que le professeur Cliff Arnal ait en fait été payé pour effectuer ses recherches, et ce par une agence de voyage… qui, au même moment, communiquait sur le bienfait des voyages en janvier, justement pour lutter contre cette arrivée de la déprime.

Une chose est sure, si l’hiver n’est pas la saison la plus joyeuse de l’année,  à nous de faire changer les choses. Vous l’aurez compris : coocooning, bons films, de bons petits plats mijotés à déguster en famille ou entre amis etc. À nous de lutter contre le froid et les mauvaises nouvelles en faisant le plein de chaleur humaine !