L’OMS appelle à bannir les tests de virginité

0
1459

Dans un rapport publié le 17 octobre, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) appelle à stopper les tests de virginité pratiqués dans une vingtaine de pays. Le document se concentre sur l’inefficacité scientifique de cet examen et les dangers physiques et psychologiques qu’il engendre.

L’OMS révèle que le test de virginité est encore pratiqué dans 20 pays dont l’Afghanistan, l’Égypte, l’Iran, l’Irak, la Jordanie,  la Libye, le Maroc, la Turquie, l’Inde, l’Indonésie, le Brésil, l’Irlande ou encore la Grande-Bretagne.

Elle rappelle que les deux méthodes utilisées,  l’inspection de l’hymen ou l’insertion de deux doigts, et qui se basent sur l’état de l’hymen et la paroi du vagin, n’ont aucune valeur scientifique. « L’un des mythes les plus répandus à propos de la virginité est que l’on peut le prouver si l’hymen est intact », déclare l’OMS. Or, l’hymen et le vagin changent avec l’âge ainsi que d’autres facteurs.

L’organisation évoque aussi les répercussions des tests de virginités sur la vie des jeunes femmes. Entre les problèmes de santé liés aux mauvaises conditions hygiéniques de ces tests ou encore l’isolement social et l’anxiété intense, les conséquences peuvent être très graves – le suicide de la jeune femme ou son assassinat pour «  sauver l’honneur » en sont quelques cas extrêmes.

Pour conclure, l’Organisation Mondiale de la Santé rappelle que les tests de virginité «  violent des droits humains essentiels comme le droit d’être protégée des discriminations fondées sur le sexe, le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne, le droit à la jouissance du meilleur état de santé possible et les droits de l’enfant. »