Après l’annonce de la mise en détention du chanteur Saad Lamjarred, deux radios marocaines ont décidé de bannir des ondes les chansons de l’artiste.

À travers deux hashtags « Masaktach » et « Lamjarred Out », de nombreux Marocains ont montré leur mécontement sur la passivité de certains médias face aux agissements du chanteur Saad Lamjarred, accusé pour la quatrième fois de viol.

« Tous les prédateurs sexuels comme Saad Lamjarred doivent dégager de l’espace culturel. Avis à Gad El Maleh, Hit Radio et Beur fm : en faisant la promotion de cette personne, vous devenez complices de la culture du viol #LamjarredDégage #Lamjarredout #Masaktach », déclare un internaute sur twitter.

Une autre internaute s’est adressé au directeur de Hit Radio : « Cher Mr, n’avez-vous donc aucune éthique, aucun respect pour vos auditeurs, aucune déontologie pour continuer à promouvoir impunément sur vos ondes un violeur ? Faut-il attendre que ce soit votre fille pour éveiller en vous un sursaut ?  #Lamjarredout #Masaktach ».

Face à ces réactions, les deux radios marocaines Radio 2 M et Hit Radio ont pris la décision de ne plus diffuser les chansons du présumé violeur :

« Radio 2M, d’un commun accord avec toute l’équipe, ne fait plus la promotion de Saad Lamjarred depuis que l’affaire est entre les mains de la justice », a-t-elle écrit sur Twitter.

Quant à la seconde radio, son directeur a annoncé le lancement d’un sondage afin que le choix soit donné à ses auditeurs pour ensuite révéler leur décision de bannir les titres du chanteur.

Après avoir été accusé de viol en 2010 par une Américaine, en 2015 par une Franco-marocaine et ensuite une Française en 2016, Saad Lamjarred fait face depuis le 26 août dernier à une autre accusation. En effet, une autre jeune femme a porté plainte contre lui pour viol.

Hier, 18 septembre, le chanteur marocain a été placé en détention sur décision de la cour d’Aix-en Provence, en France.