Les autorités cubaines répriment une manifestation artistique

0
1164

Pour inciter les cubains à exprimer leur envie de changement, la plasticienne, Tania Bruguera, a lancé une campagne sur Twitter via le hashtag #yotambienexijo ; «Moi aussi j’exige», en français.

L’artiste de 46 ans a en outre installé une estrade sur la place de la Révolution, en plein milieu de la Havane près du siège du gouvernement, pour encourager les citoyens à prendre la parole publiquement et à exprimer leurs revendications. Elle explique sur son site internet : « L’objectif de cette performance artistique est de permettre aux cubains d’exprimer pacifiquement leurs idées à propos de leur nation et de son avenir après le rétablissement de relations entre Cuba et les Etats-Unis ». Le pouvoir en place n’a, naturellement, pas tardé à réagir en arrêtant la jeune femme ainsi qu’une soixantaine d’autres dissidents et en annulant sa performance. Tania a été libérée peu de temps après, avant d’être de nouveau interpellée à deux autres reprises. Dans une pétition adressée au président Raul Castro, près de 1300 artiste déclarent : « Nous pensons fermement que sa détention, de même que le retrait de son passeport cubain, constituent des réponses inappropriées à une œuvre d’art dont le seul objectif est d’ouvrir un espace pour une discussion publique ». Devant la mobilisation des artistes du monde entier, Tania ainsi que la soixantaine d’autres détenus ont finalement étés libérés vendredi dernier.

]]>