D’après des études, l’aîné de la fratrie serait non seulement le plus intelligent mais également le préféré de ses parents. On savait aussi que la place de la fratrie déterminerait le caractère. On sait à présent que l’enfant du milieu est le plus ambitieux et le plus indépendant.

En effet, d’après Rachel Hosie, journaliste du site britannique The Independant, le syndrome de l’enfant du milieu rendrait plus fort sur le long terme. Ce dernier « se questionne en permanence sur son identité, se conduit mal pour attirer l’attention et crie juste pour être apprécié de ses parents » explique la journaliste. C’est ce qui le rendrait d’ailleurs plus fort d’après la psychologue britannique questionnée par Rachel Hosie. « Bien que les enfants du milieu soient négligés, cela leur serait bénéfique sur le long terme » a-t-elle confié à la journaliste.

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?