Dans les régions reculées de la Tunisie, plusieurs localités manquent cruellement d’infrastructure. C’est le cas de Balta-Bou Aouane au niveau de Ouled Slama dans le gouvernorat de Jendouba, un village dont les écoliers doivent faire des kilomètres à pieds et traverser un pont de fortune afin de rejoindre leur école. Des ponts, comme on le sait, n’assurent aucunement la sécurité de ces petits enfants. En effet, en 2019, la petite Maha Gadhgadhi avait perdu la vie emportée par les flots à Fernana, pour ne citer que ce triste événement.

C’est dans ce contexte que l’activiste Karim Arfa a décidé de faire une petite contribution pour construire un pont en bonne et due forme. Le projet a vu le jour il y a quelques semaines quand le jeune homme a commencé la fabrication du pont en recyclant de la vieille ferraille dans son atelier à El Mourouj. Un pont qui a été inauguré en début de semaine dans la joie et la bonne humeur par khalti Zohra, l’ancienne du village, qui voit enfin un rêve se réaliser.

Il ne s’agit pas de la première contribution de Karim. En effet, ce jeune peintre avait déjà transformé de vieux bancs d’écoles en bancs pour les hôpitaux, fabriqué des barrières de protection pour les bouches d’égouts avec de la ferraille et transformé un gourbi en bibliothèque.

Bravo à Karim Arfa et puissent ses actions servir d’exemple aux politiciens et autres cadres de l’Etat