Si le Portugal regorge de magnifiques monuments historiques, il n’en oublie pas moins de nous séduire par de nouvelles créations contemporaines. Comptant deux Pritzker Prize (Nobel d’architecture) à son palmarès, Alvaro Siza en 1992, rejoint par Eduardo Souto de Moura en 2011, ce petit pays se dote aujourd’hui d’une renommée mondiale dans le domaine de l’architecture. De Lisbonne à Porto, en voici quelques pièces maîtresses !

Le site archéologique Praça Nova du château de São Jorge, à Lisbonne, par João Luís Carrilho da Graça

En 1996, une campagne de fouilles archéologiques débute dans l’enceinte même du château et met au jour les traces de plusieurs périodes d’installations successives : des habitations datant de l’âge du fer, des maisons de l’époque médiévale musulmane et enfin, des restes du palais des Comtes de Santiago. Afin de préserver le site et de le faire découvrir au public dans les meilleures conditions possibles, João Luís Carrilho da Graça a eu l’idée en 2010, de le couvrir avec une interprétation minimaliste de ce que fut ces ruines autrefois. Pour ne pas abimer celles-ci, l’impressionnante structure devait être la plus légère possible. L’effet est fabuleux : les parois contemporaines semblent en lévitation au-dessus des vestiges antiques.   Le plus intrigant des trois sites est le              quartier  islamique, préservé par une vaste structure de béton blanc et d’acier qui ne touche terre qu’en six points seulement.

www.castelodesaojorge.pt

Le musée Paula Rego, à Cascais, par Eduardo Souto de Moura

Ouvert en 2009, ce musée est entièrement dédié à l’immense artiste portugaise Paula Rego. Se distinguant par deux pyramides jumelles en forme de cheminées primitives détonnant dans un paysage côtier fait d’architectures blanches, le musée étonne et fascine. Elles sont, selon leur auteur, l’architecte Eduardo Souto de Moura, à la fois « des références à la cuisine du monastère d’Alcobaça, à certaines maisons de l’architecte portugais Raul Lino et à des dessins d’Étienne-Louis Boullée ». Leur force réside selon lui dans le fait d’ « évoquer quelques archétypes intemporels de l’iconographie urbaine comme la tour ou le phare ». On remarque aussi le choix radical et univoque du béton rouge, en opposition chromatique au vert de la forêt alentour. Plus qu’un musée, Souto de Moura signe là l’un de ses plus grands chefs d’œuvre.

www.casadashistoriaspaularego.com

La Casa da Musica, à Porto de Rem Koolhaas

C’est l’exception qui confirme la règle, puisque son architecte n’est pas portugais, mais l’édifice est indéniablement l’un des projets phares de ces dernières années au Portugal.

Inaugurée en 2005, la Casa da Musica est rapidement devenue un des symboles de la ville et a été adoptée par tous ses habitants. L’architecture de ce bâtiment est surprenante: les parois blanches, les vastes surfaces vitrées (40 tonnes de verre au total), le sol en aluminium et les lignes anguleuses contrastent avec la pierre grise et les volutes baroques de la ville.  Imaginé pour accueillir aussi bien de grands concerts symphoniques que de la musique de chambre ou des sessions de jazz, elle étonne par l’acoustique incroyable de ses deux salles de concerts. On aime aussi le petit clin d’œil à l’architecture traditionnelle portugaise dans le salon d’honneur dont la décoration rappelle la tradition ornementale portugaise de l’azulejo, mais de manière réactualisée.

www.casadamusica.com

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?