La commission parlementaire des droits et libertés a voté, jeudi 18 mai 2017, l’article 16 qui rend tout fait de harcèlement de rue passible de 3 mois de prison et de 500dt d’amende. L’information a été confirmée par la députée Bochra Bel Haj Hmida sur son compte facebook.

La nouvelle loi vise à protéger les femmes contre toutes formes de violence (physiques et verbales) dans les lieux publics. Rappelons qu’une étude menée par le Centre de Recherches d’Etudes de Documentation et d’Information sur la Femme (CREDIF) a révélé en 2016 que 78.1% des femmes en Tunisie ont déjà été agressées dans les endroits publics.

Vote de l'article 16

Geplaatst door Bochra Bel Haj Hmida op donderdag 18 mei 2017

Bochra Bel Haj Hmida a également indiqué que deux autres articles protégeant les femmes ont été votés :

« Vote des articles 17 et 18 du projet de loi de la lutte contre les violences à l’égard des femmes relatifs à la discrimination au niveau des salaires et l’emploi des filles mineures comme femmes de ménage. Les intermédiaires aussi encourent une peine de prison ».

Vote des articles 17 et 18 du projet de loi de la lutte contre les violences à l'égard des femmes relatifs à la…

Geplaatst door Bochra Bel Haj Hmida op donderdag 18 mei 2017

 

Les articles de loi seront prochainement soumis à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Affaire à suivre

 

 

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?