Le coaching privé, toujours en plein essor en Tunisie

0
427

Fitness, cross fit, boxe, course à pied, yoga… l’engouement des Tunisiens pour le sport n’est plus un simple phénomène de mode. Le sport fait désormais partie intégrante de leur quotidien. A côté de toutes ces disciplines, un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur et qu’on avait tendance à croire éphémère fait encore parler de lui ; on entend le coaching privé. En quoi consiste-t-il exactement ? Est-ce une mode ? En combien de temps atteint-on un résultat visible ? Qu’est-ce qu’un bon coach sportif ?

Pour répondre à toutes ces questions, nous avons fait appel à Islem Zgueb, jeune coach, ancien champion de Tunisie de Javelot, Presenter Les Mills en Body Attack et pro-instructeur en RPM, certifié en sport nutrition et personal training expert level et spécialisé en amincissement, sculpting et préparation physique.

Femmes de Tunisie : En quoi consiste exactement le coaching privé ?  

Islem Zgueb : Le coaching privé a pour mission de fournir un programme d’entrainement ciblé pour chaque client, selon sa qualité morphologique, son âge, son état de santé, etc. afin de l’aider à atteindre ses objectifs tout en lui faisant gagner du temps.

L’âge est d’ailleurs la première information à connaître sur le client car il s’agit d’un facteur qui impacte le métabolisme de base. Viennent ensuite les morphotypes ; une personne peut en effet être ectomorphe, mésomorphe et endomorphe. Autrement dit, on peut être en présence de, respectivement, une personne qui brûle naturellement beaucoup de calories, une personne qui possède déjà une bonne base musculaire ou une personne dont le métabolisme est lent. Chaque morphotype requiert donc une méthode d’entraînement et un suivi nutritionnel spécifiques à lui seul.

Exemple : une personne qui brûle beaucoup de calories doit manger toutes les 2h30 et son entraînement doit être basé sur la prise de masse musculaire. En revanche, une personne dont le métabolisme est plutôt lent doit suivre un régime alimentaire faible en calories et son programme d’entraînement doit être focalisé sur la sèche ; un plus grand nombre de répétitions avec une charge moins importante et un programme hebdomadaire contenant plus d’exercices de cardio-training.

Cependant, le coaching privé n’est pas de la préparation physique uniquement, mais aussi un travail mental et moral. Il arrive que le client ait du mal à cerner ses objectifs. Le rôle du coach ici est de le recadrer et de l’aider à bien délimiter ses aspirations. De même, lorsque le client n’est pas de bonne humeur, le rôle du coach est de l’aider à aller mieux, même ponctuellement, et de le motiver afin qu’il puisse persévérer.

F.D.T : Est-ce une tendance ?

I.Z : Il est vrai que cet engouement qu’on observe aujourd’hui pour le coaching privé peut émaner d’une tendance, ou d’une volonté de suivre l’autre. Ceci étant, je ne pense pas que cette « tendance » soit amenée à disparaître. Bien au contraire, elle ne peut que se développer encore plus. Car non seulement le sport en général est devenu, grâce à une certaine prise de conscience, une composante importante de la vie des personnes qui s’y adonnent,  mais aussi parce que le coaching privé, en particulier, n’arrête pas d’évoluer. Et du moment que le concept n’arrête pas de se développer et que de nouvelles méthodes et techniques ne cessent de naître, cela veut dire que l’intérêt qu’on porte pour le coaching privé ne cessera non plus d’exister, car les gens sont  assoiffés de connaissances et particulièrement curieux par rapport aux nouveautés. Par ailleurs, le rôle du coach sportif est tout aussi important dans la contribution à la pérennité de ce concept, en continuant à apprendre, à faire des formations, à être à la page, et en s’adaptant à n’importe quel contexte : coaching dans une salle de sport, à domicile, en montagne, à la plage… là où le client se sent le plus à l’aise.

F.D.T : En combien de temps peut-on atteindre un résultat visible ?

I.Z : Les résultats peuvent être là au bout de deux mois sans forcément être visibles à l’œil nu. Tout comme on peut remarquer quelques petits changements dans des endroits spécifiques tels que les triceps ou les quadriceps. En revanche, au bout de six mois d’entraînement, on commence réellement à observer une évolution remarquable, en particulier quand il s’agit d’une personne qui n’a jamais fait de sport de sa vie. Après les six mois, on peut entamer le perfectionnement du corps et commencer à fixer de nouveaux objectifs et de nouveaux challenges.

Mais pour cela il est essentiel d’être discipliné et d’appliquer à la lettre les conseils du coach et de s’entraîner 3 ou 4 fois par semaine, car la récupération, donc le repos, a un grand impact sur le processus et le résultat.

F.D.T : Le coaching privé a-t-il des inconvénients ?

I.Z : Le seul inconvénient que peut avoir le coaching privé à mon sens est le coût. Néanmoins, d’autres alternatives moins coûteuses, quoi que pas aussi efficaces, existent comme les cours privés en ligne ou le coaching privé pour un programme de débutants.

Mais si ce concept est relativement cher, c’est parce que non seulement le coach s’investit en termes de temps consacré à ses clients, d’informations à partager, de suivi, etc., mais il y consacre également un investissement financier, que ce soit pour les formations qu’il suit ou pour acheter du matériel.

 F.D.T : Quelles sont les clés de la réussite d’un coach en Tunisie ?

I.Z : La discipline, la crédibilité et le respect sont, selon moi, primordiaux pour bâtir une carrière sur des bases solides. Un coach doit en outre, être en paix avec lui-même et honnête par rapport à l’information qu’il partage avec son client. Il est également très important qu’il soit à la page en termes de nouveautés sportives et de donner l’exemple en adoptant une hygiène de vie la plus saine possible. Il faut aussi qu’il soit efficace et qu’il gagne la confiance de ses clients. D’ailleurs, cette confiance sera automatiquement acquise à partir du moment où le client va atteindre le résultat souhaité. Ce même résultat constituera plus tard l’image de marque du coach.

F.D.T : Quel est l’avenir du coach sportif en Tunisie ?

I.Z : Le coaching sportif est un domaine très intéressant. Qu’on donne des cours particuliers ou pas, il faut travailler intelligemment pour avancer et perdurer. Aujourd’hui, il y a une multitude d’idées de projets sportifs encore « vierges » qui n’attendent qu’à être exploitées. Et je peux vous dire qu’en Tunisie, nous sommes largement en avance dans ce domaine par rapport au reste des pays africains mis à part le Maroc et l’Algérie. Nous avons donc besoin d’une armée de coachs sportifs pour conquérir le marché africain. Et je tiens aussi à dire que l’âge ne constitue pas un frein. Ce qu’un coach fait pour ses clients, doit le faire à lui-même (entraînement, suivi alimentaire, etc.) et tout ne pourra qu’aller pour le mieux.