Le « Central » ou l’Art au cœur de Tunis

0
237

La majorité des galeries d’art tunisoises se concentrent essentiellement dans la banlieue nord de Tunis. Mais depuis octobre 2018, l’art a réinvesti le cœur de la ville, avenue de Carthage, à côté de la place Barcelone, avec l’arrivée du « Central ».

Ses fondateurs, Emna Ben Yedder, Mehdi Tamarziste et Arij Kallel, en collaboration avec Soumaya Jebnaini (responsable communication et organisation d’événements), souhaitaient replacer l’art au centre de la ville pour le rendre plus « accessible » au public, géographiquement et financièrement parlant. Le challenge était donc de proposer des œuvres artistiquement intéressantes mais financièrement accessibles, et de pouvoir travailler avec des artistes confirmés et pas uniquement des jeunes talents. Emna Ben Yedder nous explique : « À chaque fois qu’on fait une exposition, on demande aux artistes de nous proposer des déclinaisons de certaines œuvres qui ne pénaliseront pas la cote de l’artiste mais qui, en proposant un autre type de travail, pourront être vendues moins cher ». Ainsi, on peut trouver au « Central » des lithographies, des gravures, des sérigraphies ou encore des collages…qui donnent à un plus grand nombre d’amateurs d’art la possibilité de se faire plaisir !

En discutant avec Emna et Soumaya, on sent très vite que la finalité du projet (qui dépasse clairement l’aspect commercial) est plutôt d’ordre social. Pour preuve : le choix de la localisation du « Central » dans un endroit où il y a tant de passage et de mixité sociale. Emna et Soumaya invitent régulièrement les curieux qui jettent un œil à travers les fenêtres mais qui n’osent pas pousser la porte, à entrer au « Central ». Parcequ’aujourd’hui, les galeries ont encore trop souvent cette connotation de luxe qui décourage certains jeunes ou certaines personnes habillées modestement d’entrer. Ainsi, le « Central » entend décomplexer ce public car pour Emna Ben Yedder, « l’art est un droit ».

Assez avant-gardiste, l’équipe du « Central » a réalisé ce qui est d’ailleurs scientifiquement prouvé: les arts et les lieux culturels ont un impact concret sur la santé et le mieux-être en général ! Nous aimons aussi le « Central » pour le décloisonnement des genres qui le caractérise. Ainsi, en marge de la première exposition en octobre 2018, intitulée « Wesh

Fatma » (« Croyances et superstitions »), a eu lieu une série d’événements en relation avec le thème : projection de films, visite de lieux sacrés dans la Medina, discussions avec une anthropologue et une psychiatre, présence d’une voyante lors de l’exposition, etc. Tant d’événements qui ont permis de mêler les genres et les gens de manière constructive et dans une ambiance très détendue. Car les événements peuvent avoir lieu au « Central » ou dans un ancien garage qui se trouve à proximité et qui permet d’accueillir un public plus nombreux.

Vous l’avez compris : que ce soit pour découvrir une exposition ponctuelle ou leur collection permanente ou pour admirer toute autre prestation artistique, les amateurs d’Art et des arts ont rendez-vous au « Central » !

Texte : Marie Barbier

Paru dans MDT N°39.