Le Baby Blues, une réalité qu'on peut éviter!

0
631

La baby Blues, ce doux mot comme dirait Florence Foresti qu’on aurait presqu’envie de l’avoir, n’est pas aussi « swingy » qu’il en donne l’air. Cela se traduit souvent par des crises de pleurs et des pensées négatives. Un syndrome courant voir presque inévitable, le baby blues est malheureusement une grande réalité !

« C’est quand tu as l'impression de tout faire de travers, quand tu pleures sans raison, que tu te sens dépassée par la nouvelle responsabilité. C’est aussi quand involontairement tu regrettes ta vie d’avant et que juste après tu culpabilises par rapport à ton enfant, décrit Leyla, jeune maman, sa période baby blues, qui a duré presque un mois après mon accouchement. »

Le Baby Blues: Description :

Pour la plus part des cas, le baby blues apparaît entre le 3ème et le 10ème jour qui suit l’accouchement. Sans conséquences graves, il est ainsi différent de la dépression post-partum (DPP), qui, elle, survient un peu plus tard (entre 1 et quelques mois après l’accouchement) et nécessite une aide d’expert, puisqu’elle représente un trouble psychiatrique.  Souvent le baby blues se traduit par une fragilité de l’humeur, des cauchemars à répétition, des pleurs sans raison, une hypersensibilité, de l’irritabilité etc. Attention, ces symptômes sont toutefois les mêmes que pour une dépression post-natale.

Cet état de déprime est ainsi du à une chute d’hormones mais également à des carences nutritionnelles. La peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas assurer son rôle de maman, la fatigue, l’angoisse, sont autant de sentiments qui peuvent causer le fameux baby blues.

Comment gérer le Baby Blues :

Pour gérer le baby blues, quelques règles d’or s’imposent :

– Laissez-vous aider dès les premiers temps. Inutile de vouloir tout maîtriser à tout prix alors que d’autres ont plus d’expérience et de recul que vous (maman, belle-mère, sœur, amie etc.) Sollicitez votre conjoint et impliquez-le dès le début, pour vous sentir moins seule face à cette nouvelle responsabilité. Essayez de partager toutes les tâches de parent qui vous incombent (oui bon pour l’allaitement au sein, ça attendra)

-Sortez. N’attendez pas le 40ème jour comme vous le diront certaines personnes de votre entourage. Seule ou avec votre bout de chou, allez vous changer les idées. Si vous avez où garder votre bébé, offrez-vous une journée off à deux et partez quelque part dans la nature avec votre chéri. Ce dépaysement vous aidera à mieux vous ressourcer et à remettre votre nouvelle casquette de maman avec le sourire.

-Mangez sain : Le baby Blues peut être évité en prenant quelques mesures. En cas de fragilité de l’humeur, un apport de 1gr par jour de calcium est recommandé. Il en est de même pour le zinc, que vous pouvez trouver dans des aliments comme : fromage, viande, champignon, poissons, céréales complètes etc.

-Offrez-vous des massages : Cela vous permettra de vous relaxer, de vous remettre en confiance et de retrouver un lien avec votre corps de femme et de mère.  

Sachez,par ailleurs, que le massage ayurvédique est un massage (d’origine indienne) de bien-être connu pour ses vertus préventives et sa faculté à favoriser la répartition de l'énergie dans tout le corps.

]]>