Lancement du site « Winou El Patrimoine »

0
588

L’initiative créée il y a un peu plus d’un an sur Facebook est passée au stade supérieur. Partie d’un groupe Facebook intitulé « Winou El Patrimoine », inspiré du groupe « Winou Etrottoir », et où les internautes discutent, débattent, et dénoncent tout ce qui est relatif au patrimoine architectural tunisien, l’action s’étend aujourd’hui et compte désormais un site internet : edifices-et-memoires.com. Il y est question de recenser et identifier en un premier temps tous les bâtiments qui font partie de notre patrimoine en Tunisie.

patri

Patrimoine, une notion méconnue

Si le terme « patrimoine » (du latin patrimonium, qui veut dire « héritage du père ») est si large et chargé de sens, c’est que cette notion remonte à très loin. Elle serait apparue au XIIe siècle, se définissant comme étant l’héritage matériel d’une famille. Depuis la notion a bien évolué.

Bien que le mot soit apparu très tôt, concrètement, ce n’est qu’au XVIIIe siècle que l’on commença à considérer les biens culturels et à vouloir protéger les monuments des sciences et des arts. C’était du temps de la Révolution française. La protection du patrimoine se fit progressivement, intégrant, petit à petit, monuments, œuvres d’art, livres etc. En France, la première loi de protection des monuments historiques par le classement des bâtiments menacés voit le jour en 1841. Des initiatives internationales viendront par la suite, regroupant conventions, chartes et traités pour la protection du patrimoine.

Et malgré l’existence de toutes ces commissions, ces classifications, ces traités, ces conventions de protection du patrimoine mondial, en Tunisie la conscience par les citoyens de la valeur du patrimoine culturel et naturel reste très en deçà de ce qu’elle devrait être pour un pays 3 fois millénaires.

Les actions concrètes manquent pour booster le travail des associations de sauvegarde et sensibiliser les citoyens quant à l’importance de leur patrimoine. Ainsi toute action est bonne à prendre. Particulièrement celle entreprise par l’association Edifices et Mémoires.

Le travail d’Edifices et Mémoires

Le travail de l’association se fera sur 3 axes. Un premier, à travers le site, où il sera questions d’identifier, de rendre compte et de recenser tous les bâtiments faisant partie du patrimoine architectural tunisien.  Il s’agira de rendre compte et de sensibiliser les citoyens à l’existence même de ce patrimoine.

L’association ne compte pas s’arrêter à ce niveau, puisqu’en un deuxième temps, il s’agira de réhabiliter des édifices en ruine et abandonnés et de former des artisans pour effectuer la réhabilitation.

La dernière partie, et l’une des plus grandes, s’agira de s’attaquer au volet législatif. Cette partie permettra de protéger légalement les bâtiments recensés et classés, mais aussi de mieux gérer l’édification des nouveaux bâtiments.