L’album « Ifriquiya Electrique » d’inspiration tunisienne, programmé dans les plus grands festivals du monde!

0
292

Le projet « Ifriquiya electrique » qui trouve son origine en Tunisie vient d’être programmé dans les plus grands festivals du monde. L’album issu de ce projet est intitulé « Rûwâhîne » et  vient d’être publié le 26 mai dernier par la maison de disque Glitterbeat Records (DE / USA), distribuée dans le monde entier.

Le groupe est composé de l’artiste et guitariste François Cambuzat et de la bassiste italienne Gianna Greco qui se sont associés le temps de l’élaboration de ce projet aux trois tunisiens : Tarek Sultan, Yahya Chouchane, et Youssef Ghazala aux percussions (tablas, krabebs, nagharat) et au chant. Le groupe a été invité cet été par les plus prestigieux festivals de musiques du monde (Womad, Roskilde, FMM…) et a été sélectionné pour participer au Womex 2017.

Une belle consécration pour ce projet qui a démarré sur le sol tunisien à l’initiative de François Cambuzat. Passionné par les musiques dites d’élévation (les rouhaniyet), les chants soufis et autres musiques spirituelles de transe, le musicien a voulu explorer les rituels adorcistes de la communauté Banga de Tozeur issue de Sidi Marzouk. « Ses membres, descendants des esclaves haoussas d’Afrique Noire, vivent dans le Djerid, une région semi-désertique, creuset du métissage entre Berbères, Arabes à majorité musulmane, et esclaves noirs. Le rituel, qui mêle danse, musique et cérémonies est un équivalent du gnawa marocain, aux origines similaires, qu’on confond facilement avec l’exorcisme, alors que c’est une pratique d’adorcisme liée aux esprits qu’on appelle rûwâhînes. »

Adepte des mélanges des genres, François Cambuzat fait fusionner les sons des percussions, à ceux des guitares électriques  sur fond de chant soufis et d’ibtihalat. Résultat, un bel album de 9 morceaux où toutes ces communautés se rencontrent.

Laa la illa Allah, Qaadrii – Salaam Alaik – Massarh, Mawwel, Zuru el Haadi – El Maduulaa – Maaluuma, Stombali – Baba ‘Alaia, Annabi Mohammad – Laa la illa Allah – Deg el bendir, Lavo – Baba Marzug – Sidi Saad – Allah, Arrah arrah abbaina – Bahari – Tenouiba, Sidriiya

Si « Rûwâhîne » est aujourd’hui un projet qui cartonne un peu partout dans le monde, c’est que derrière il y a tout un travail de recherche musicale, des mois de tournage au sud de ces rituels des musiciens de la Banga et une véritable passion pour les belles rencontres musicales et humaines.

D’ailleurs François fait de l’élaboration de ce projet tout un film…un road movie avec des heures de tournage et d’images, des centaines de rituels archivés et d’innombrables rencontres.

« Rûwâhîne » s’envolera et sera présent dans de nombreux festivals cet été tels que :

– ROSKILDE festival, DK, 29 juin

– KOMETA FESTIVAL, LV, 09 juillet

– MOČVARA, HR, 13 juillet

– COLOUR MEETING festival, CZ, 15 juillet

– MILHOES DE FESTA festival, PT, 21 juillet

– FMM SINES festival, PT, 26 juillet

– WOMAD festival, UK, 29 juillet

– URKULT festival, SE, 03 août

– OCEANEN, SE, 13 octobre

– GLOBAL, DK, 14 octobre

– WOMEX 17, PL, 27/26 octobre, tba

– DENSITÉS Festival, FR, 28 octobre, tbc

– NEVERS A VIF Festival, FR, 02/03 novembre, tba

– Début tournée internationale (Europe, Amériques, Chine) : octobre 2017.